Iran-Obama menace de veto tout texte menaçant l'accord

le , mis à jour à 16:16
1

(actualisé avec citations d'Obama, Boehner, et Rubio) par Jeff Mason WASHINGTON, 14 juillet (Reuters) - Barack Obama a estimé que l'accord trouvé mardi sur le nucléaire iranien était une occasion à saisir et il a menacé d'opposer son veto à tout texte législatif qui menacerait sa mise en oeuvre. S'exprimant à la Maison blanche, le président américain a assuré qu'en vertu de l'accord, l'Iran ne pourrait en rien se doter de l'arme atomique. "Je pense qu'il serait irresponsable de bouder cet accord", a-t-il dit. "Les débats acharnés à Washington ne résolvent pas les problèmes. Une diplomatie intraitable, un leadership qui a rassemblé les grandes puissances procurent un moyen plus efficace de contrôler que l'Iran ne recherche pas l'arme nucléaire", a-t-il fait valoir. "Nos divergences sont réelles et l'on ne peut ignorer l'histoire difficile entre nos deux pays. Mais il est possible de changer", a-t-il ajouté. "Cet accord donne l'occasion d'aller dans une nouvelle direction. Nous devons la saisir". Le président, républicain, de la Chambre des représentants, John Boehner, a critiqué l'accord de Vienne et accusé Barack Obama d'avoir renoncé à ses propres objectifs. "Au lieu de stopper la propagation des armes nucléaires au Moyen-Orient, cet accord risque d'alimenter une course aux armements nucléaires dans le monde entier", a-t-il dit. Il donnera à Téhéran "du temps et un espace" pour atteindre le seuil nucléaire, a-t-il accusé. Bob Corker, président, républicain, de la commission des Affaires étrangères du Sénat américain, qui jouera un rôle crucial dans l'attitude du Congrès envers l'accord, a fait part mardi de son "profond scepticisme" face au pacte conclu à Vienne. L'ACCORD "SAPE LA SECURITE NATIONALE", DIT RUBIO Quant à Ed Royce, président, également républicain, de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, il s'en est pris lui aussi à l'accord, en estimant qu'il n'exigeait pas de Téhéran qu'il démantèle ses technologies nécessaires pour fabriquer des bombes. "L'accord qu'ils ont conclu sera difficile à faire accepter" a-t-il dit. Lindsey Graham, l'un des prétendants à l'investiture républicaine à la candidature à la Maison blanche, a estimé que l'accord passé avec l'Iran était une "possible peine de mort rendue contre Israël" et va "tout aggraver". "C'est la mesure la plus dangereuse, la plus irresponsable à laquelle j'ai assisté au Proche-Orient", a-t-il dit, accusant Barack Obama et le secrétaire d'Etat John Kerry de "naïveté dangereuse". Un autre prétendant à l'investiture républicaine, Rick Santorum, a parlé dans une interview à la chaîne CNN de "capitulation" de la part de l'administration Obama. Quant à John Kerry, le secrétaire d'Etat américain, il a estimé à Vienne que l'on s'éloignait grâce à l'accord d'un conflit et de la prolifération nucléaire. "C'est le bon accord que nous recherchions", a-t-il dit lors d'une conférence de presse après la conclusion de l'accord. Quant à Marco Rubio, autre candidat républicain à l'investiture, il a dit attendre du Congrès qu'il s'oppose à l'accord sur le nucléaire iranien. "Au vu de ce que nous savons pour le moment, je crois que cet accord sape notre sécurité nationale", a-t-il dit. (Jeff Mason, Arshad Mohammed, Patricia Zengerle, Bill Trott; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pbenard6 le mardi 14 juil 2015 à 16:28

    j'espère que cette fois Obama va tenir bon