Iran/Nucléaire-Les discussions achoppent sur armes et missiles

le , mis à jour à 14:59
0

par Louis Charbonneau et Parisa Hafezi VIENNE, 9 juillet (Reuters) - L'Iran et les grandes puissances s'approchaient jeudi d'un accord historique susceptible de mettre un terme à un conflit diplomatique vieux de douze ans sur le programme nucléaire de la République islamique, mais des divergences demeurent sur les questions de la vente de missiles et d'armes à Téhéran. A deux reprises, la date butoir fixée pour la fin des discussions entre l'Iran et le groupe P+51 (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Russie et Chine) a été repoussée. Jeudi, la chaîne de télévision iranienne Press TV a rapporté que cette date pourrait une nouvelle fois être repoussée, évoquant la date du 13 juillet, ce qu'a démenti dans la foulée une source occidentale présente à Vienne. Les discussions se poursuivent dans la capitale autrichienne, avec une rencontre jeudi matin entre le secrétaire américain à l'Energie, Ernest Moniz, et le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Ali Akbar Salehi. A la presse, ce dernier a dit espérer que les négociations s'achèveraient jeudi. "Nous allons régler les dernières questions, si nous le pouvons", a-t-il ajouté. Les négociateurs souhaitent parvenir à un accord avant vendredi pour éviter que le Sénat américain ne dispose d'une période de 60 jours pour examiner l'accord et fragilise ainsi ses chances de succès -- cette période ne sera que de 30 jours si le texte est transmis au plus tard ce jeudi à minuit (heure de Washington). Depuis deux semaines, le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre iranien Mohammad Javad Zarif se sont réunis chaque jour pour tenter de surmonter leurs dernières divergences. "ENVIRON 96%" La Maison blanche a indiqué que le président Barack Obama et son équipe de conseillers chargés de la sécurité nationale avaient tenu mercredi une téléconférence avec John Kerry, Ernest Moniz et avec la délégation américaine à Vienne. "Le président a examiné l'avancée des négociations et proposé des orientations destinées à ce qu'un bon accord conforme à nos exigences soit trouvé entre le P5+1 et l'Iran", a dit la Maison blanche dans un communiqué. Le vice-ministre iranien aux Affaires étrangères, Abbas Araqchi, a expliqué que le texte principal de l'accord et cinq annexes étaient "achevés à environ 96%". Si le principe d'une levée des sanctions paraît acquis, la question d'une suppression de l'embargo des Nations unies sur les importations d'armes par l'Iran reste en suspens. Téhéran est sur ce point soutenue par la Russie, avec laquelle la République a conclu une vente de systèmes de défense antimissile S-300, bien que les missiles censés les équiper n'aient pas encore été livrés. S'exprimant lors d'un sommet des pays de l'ensemble Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) à Oufa, en Russie, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a estimé que l'embargo sur les armes devrait être la première sanction à être levée en cas d'accord. "Nous appelons à la levée de l'embargo aussi rapidement que possible et nous soutiendrons les choix que ferons les négociateurs iraniens", a déclaré Sergueï Lavrov. Cette déclaration tranche avec la retenue qu'avaient jusque là respecté la Chine et la Russie, qui n'ont jamais fait mystère de leurs réticences sur la question de l'embargo sur les armes. Or, les Occidentaux souhaitent justement que cet embargo soit maintenu en cas d'accord sur le programme nucléaire iranien. (Nicolas Delame pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant