Iran/Nucléaire-La date butoir ne sera sans doute pas respectée

le , mis à jour à 15:15
0

par Parisa Hafezi et John Irish VIENNE, 30 juin (Reuters) - L'Iran et le groupe des grandes puissances du "P5+1" ont intensifié mardi le rythme de leurs négociations à quelques heures de l'expiration du délai fixé pour parvenir à un accord sur le programme nucléaire iranien, les deux parties divergeant encore sur certains des aspects les plus importants des discussions. Les pourparlers qui se poursuivent à Vienne, étaient censés s'achever ce mardi, mais la date butoir fixée par le P5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité, + Allemagne) ne sera très probablement pas tenue et les négociations se poursuivront au-delà. L'objectif, dans la foulée de l'accord cadre trouvé début avril à Lausanne, est de parvenir à un accord complet qui ouvrira la voie à une levée des sanctions imposées à l'Iran en échange de la suspension pour au moins dix ans de ses activités nucléaires les plus sensibles. Des sources diplomatiques ont déclaré que la véritable date butoir n'était non pas le 30 juin mais le 9 juillet. C'est à cette date que le Congrès devra avoir reçu de la Maison blanche la demande de la levée des sanctions. Si cette date est dépassée, l'examen de la demande de la présidence pourra durer 60 jours au lieu de 30, au risque de faire capoter l'ensemble du processus. Dans cette crise en cours depuis treize ans, les Occidentaux soupçonnent la république islamique de chercher à se doter de l'arme nucléaire sous couvert d'un programme que Téhéran présente comme portant exclusivement sur les aspects civils de l'atome. DIVERGENCES "Il y a encore des problèmes réels et difficiles qui doivent être résolus afin de parvenir à un accord exhaustif et nous ne savons pas encore si nous serons en mesure d'y parvenir", a déclaré un responsable américain à la presse. Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, qui est rentré dimanche à Téhéran pour des consultations, est retourné mardi à Vienne où il s'est immédiatement entretenu près de deux heures durant avec son homologue américain John Kerry. "Je suis ici pour trouver un accord définitif et je pense que nous pouvons le faire", a-t-il dit à des journalistes. Mohammad Javad Zarif devait rencontrer dans la foulée ses homologues allemand et russe. Les principales divergences portent sur le rythme et le calendrier de la levée des sanctions et sur la nature des mécanisme de contrôle et de surveillance à même de garantir que Téhéran respectera ses engagements. L'insistance des Occidentaux pour que les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) puissent accéder aux sites militaires iraniens et aux scientifiques concernés par le programme est à l'origine d'un des principaux points de blocage de la négociation avec l'Iran. A New York pour une réunion de l'Assemblée générale des Nations unies sur le climat, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a noté lundi: "Nous avons fait des progrès mais nous ne sommes pas au bout du processus." Le chef de la diplomatie française, qui était ce week-end à Vienne, sera lui aussi de retour rapidement dans la capitale autrichienne, dès ce mardi, selon son agenda. LIEN Pour la CHRONOLOGIE de la crise du nucléaire iranien: ID:nL6N0X00IH Les paramètres techniques de l'accord de Lausanne: ID:nL6N0X005M ) (Henri-Pierre André et Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant