Iran-McConnell dénonce par avance "un très mauvais accord"

le
0

WASHINGTON, 15 mars (Reuters) - Le chef de la majorité républicaine au Sénat américain, Mitch McConnell, a estimé dimanche que Barack Obama était sur le point de conclure un "très mauvais accord" sur le programme nucléaire iranien, ajoutant que le Congrès avait bien l'intention de peser sur les négociations. "Apparemment, l'administration est sur le point de passer un très mauvais accord avec l'un des pires régimes au monde qui pourra ainsi continuer à posséder une infrastructure nucléaire", a dit McConnell sur CNN. "Nous sommes très inquiets à ce sujet." Le secrétaire d'Etat John Kerry a exprimé samedi l'espoir de parvenir "dans les prochains jours" à un accord provisoire sur le programme nucléaire de l'Iran, alors que les discussions entre la République islamique et le groupe P5+1 devaient reprendre ce dimanche à Lausanne, en Suisse. ID:nL6N0WH013 L'objectif de ces discussions est de parvenir à un accord cadre d'ici fin mars, en vue d'un accord définitif d'ici le 30 juin. La semaine dernière, 47 sénateurs républicains, soit la quasi-totalité d'entre eux, ont adressé une lettre ouverte à l'Iran avertissant que tout accord nucléaire conclu par Barack Obama pourrait être annulé quand ce dernier aura quitté la Maison blanche en janvier 2017. ID:nL5N0WB2DV La lettre a été dénoncée par la Maison blanche et le département d'Etat comme une ingérence dans des négociations internationales, qui sont du ressort de l'exécutif en vertu de la Constitution américaine. Samedi, la Maison blanche a prévenu les républicains majoritaires au Sénat que tout projet de loi exigeant que le Congrès approuve un accord sur le nucléaire iranien pourrait avoir un "impact profondément négatif" sur les discussions en cours. Sur l'antenne de CNN, Mitch McConnell a déclaré que le président démocrate ne voulait "manifestement pas que le Congrès soit impliqué", ce qu'il a jugé "inquiétant". Il a réaffirmé qu'en cas de conclusion d'un accord entre l'Iran et les grandes puissances, pour mettre un terme à un contentieux de plus de dix ans, le Sénat voterait un projet de loi exigeant que le texte soit examiné par le Congrès. Barack Obama a déjà averti qu'il opposerait son veto à une telle loi. Si législatif et exécutif ne parviennent pas à un accord, a déclaré McConnell, les élus du Congrès envisageront le vote d'une loi accentuant les sanctions contre Téhéran. (Doina Chiacu; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant