Iran : les opposants ne renoncent pas

le
0
Emprisonnés pour avoir défié les autorités politiques du pays, ils poursuivent leur combat et vont, pour certains d'entre eux, jusqu'à s'en prendre à l'ayatollah Khamenei.

C'est un cri de révolte, un appel de l'ombre qui ose briser les murs de la censure, même verrouillés à double tour. Dans une lettre rédigée, le mois passé, derrière les barreaux de sa prison, le dissident iranien Abolfazl Ghadiani s'en prend directement à l'intouchable guide religieux, l'ayatollah Khamenei, en l'accusant de tous les maux - la récession économique, les sanctions internationales et le spectre d'une attaque contre l'Iran à cause de sa course au nucléaire.

«Les gens comme moi n'ont pas sacrifié leur vie et leur liberté pour qu'Ali Khamenei règne sans partage sur le pays», s'emporte avec véhémence l'opposant, tordant le cou aux rumeurs selon lesquelles la dissidence iranienne serait complètement décimée.

À 65 ans, ce membre du parti réformiste des moudjahidins de la révolution islamique fait partie de ces nombreux activistes incarcérés depuis la répression des manifestations contre la fraude électorale de 2009. Coupés du monde, privés pour bea

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant