Iran : les cyber-espions utilisaient Facebook et un faux site d'infos

le
0
Iran : les cyber-espions utilisaient Facebook et un faux site d'infos
Iran : les cyber-espions utilisaient Facebook et un faux site d'infos

Des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter, des militaires, des cyber-espions, de faux journalistes, un faux site d'information. Tels sont les éléments d'une affaire d'espionnage informatique menée sur plusieurs années, probablement depuis l'Iran, rapporte la société de cyber-sécurité iSight Partners.

L'opération aurait commencé au moins en 2011. iSight Partners l'a nommée «Newscaster» (présentateur du journal télévisé), car elle repose en partie sur l'utilisation d'un faux site d'information : NewsOnAir.org. Le but des pirates ? Pénétrer des réseaux informatiques militaires et gouvernementaux, voire y installer des programmes informatiques malveillants. Le moyen ? Entrer en contact et gagner la confiance de responsables de différents pays, notamment les Etats-Unis et Israël, mais aussi la Syrie, l'Arabie saoudite et le Royaume-Uni.

De faux liens internet

Environ 2 000 personnes ont été piégées par ce groupe de cyber-espions, dissimulés derrière le faux site d'information NewsOnAir.org. Le site reprenait les articles et productions d'authentiques organes de presse, parmi lesquels la BBC et les agences de presse Associated Press et Reuters. Les identités de certains journalistes, notamment de Fox News et Reuters, ont également été usurpées. Les espions ont crée de faux comptes sur Facebook, Twitter, Youtube, Google, LinkedIn, etc. pour entrer en contact avec des proches de leurs cibles et se créer ainsi un vrai-faux réseau.

Une fois le contact établi avec leurs cibles, il se servaient de leur fausse qualité de journalistes pour les mettre en confiance. Ils leur envoyaient par exemple des liens internet vers des articles dont ils n'étaient pas les auteurs. Par la suite, les liens ont été truqués et contenaient des logiciels pirates ou qui nécessitaient de rentrer des codes d'accès pour accéder aux pages web. C'est ainsi que les espions récupéraient l'accès aux données privées de leurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant