Iran : le président Rohani a pris officiellement ses fonctions

le
0
Iran : le président Rohani a pris officiellement ses fonctions
Iran : le président Rohani a pris officiellement ses fonctions

Elu le 14 juin dès le premier tour de la présidentielle avec 50,68% des voix, le religieux modéré Hassan Rohani a pris samedi officiellement ses fonctions de président de la République islamique d'Iran. De nombreux défis l'attendent. Il les a soulignés dans son discours d'investiture. Il lui faut «sauver l'économie, relancer l'entente constructive avec le monde, faire de nouveaux pas pour la grandeur de l'Iran, assurer les intérêts nationaux et lever les sanctions injustes» imposées au pays par les Etats-Unis, les pays européens et les Nations unies en raison de son programme nucléaire controversé.

Pour ce faire, «le pays a besoin, selon lui, d'une détermination nationale pour s'éloigner de l'extrémisme et (mettre en ?uvre, Ndlr) des politiques modérées».

A 64 ans, Hassan Rohani est devenu le septième président de la République islamique. Il succède à Mahmoud Ahmadinejad, dont les huit années de présidence ont été marquées par de nombreuses tensions avec l'Occident, en particulier sur le dossier nucléaire. Le nouveau président souhaite obtenir la levée progressive des sanctions économiques occidentales qui frappent durement l'économie de son pays. L'Iran a ainsi vu ses revenus pétroliers passer de plus de 100 milliards de dollars à moins de 50 milliards entre 2011 et 2012, la valeur de sa monnaie chuter et l'inflation dépasser les 40%. Il juge que «les demandes de la population sont légitimes même s'il est difficile de les réaliser d'un seul coup».

«Transparence» sur le nucléaire et respect de la vie privée

Quelques jours après son élection, il avait promis plus de «transparence» dans le programme nucléaire, pour prouver sa nature pacifique. Mais il a rejeté une suspension de l'enrichissement d'uranium exigée par l'Occident et Israël, qui accusent Téhéran de chercher à fabriquer l'arme nucléaire.

En 2003, lors de négociations avec Paris, Londres et Berlin, Rohani avait accepté la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant