Iran : le modéré Hassan Rohani remporte la présidentielle

le
0
Iran : le modéré Hassan Rohani remporte la présidentielle
Iran : le modéré Hassan Rohani remporte la présidentielle

Elu dès le premier tour du scrutin avec 50,68% des voix , le modéré Hassan Rohani a remporté l'élection présidentielle iranienne, a annoncé samedi le ministère de l'Intérieur. Sa victoire met un terme à huit années de pouvoir exécutif conservateur.

Durant la campagne électorale, Hassan Rohani a notamment bénéficié de la division du camp conservateur, dont étaient issus les cinq autres candidats, et du retrait du seul autre candidat réformateur, Mohammad Reza Aref. Il a aussi profité du soutien de l'ex-président Akbar Hachémi Rafsandjani (modéré) et de son successeur Mohammad Khatami (réformateur). Cette «union sacrée» a mobilisé une grande partie de l'électorat modéré qui voulait boycotter le scrutin après la répression des manifestations ayant suivi la présidentielle de 2009.

Les résultats définitifs du scrutin

Hassan Rohani a obtenu 18,6 millions de voix (50,68%) au premier tour du scrutin. Il devance très largement le maire conservateur de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf (6,07 millions de voix) et le chef des négociateurs nucléaires Saïd Jalili (3,17 millions), qui était soutenu par l'aile dure du régime. Le taux de participation au scrutin est de 72,7%.

Détracteur de son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad, à qui il a reproché de s'attirer inutilement l'hostilité de la communauté internationale, ce sexagénaire a choisi pour symbole une clé, qui ouvre selon lui la porte des solutions aux problèmes du pays.

Surnommé «cheikh diplomate»

Agé de 64 ans, Hassan Rohani est un religieux modéré, partisan d'une plus grande souplesse vis-à-vis de l'Occident pour mettre fin aux sanctions ayant plongé son pays dans une grave crise économique. Il a été vice-président du Parlement et chef des négociateurs nucléaires entre 2003 et 2005, période durant laquelle il a gagné son surnom de «cheikh diplomate».

En 2003, lors de négociations avec Paris, Londres et Berlin, il avait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant