Iran : le guide suprême met les «durs» en sourdine

le
0

A la veille de la reprise des pourparlers sur le nucléaire, la galaxie des ultras a reçu le message. Pas question d'en rajouter dans la critique du gouvernement ou des Occidentaux.

Hossein Shariatmadari reçoit dans son vaste bureau du sud de Téhéran, orné des portraits de son «ami», le guide suprême, Ali Khamenei, qui jouit des principaux pouvoirs en Iran. Mais contrairement à son habitude, les propos du directeur du journal Kayhan ne sont ni agressifs ni anti-occidentaux. Ce personnage influent épargne même son adversaire politique, le président modéré Hassan Rohani.

«Aujourd'hui, nous soutenons le gouvernement, car nous pensons que c'est dans l'intérêt national», affirme ce petit homme à la barbe blanche, devenu la bête noire de la jeunesse et de tout ce que la République islamique compte de réformateurs. Ce dur parmi les durs dénonçait pourtant la «capitulation» du ministre des Affaires étrangères, Javad Zarif, après la signature de l'accord in...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant