Iran-L'AIEA parle d'efforts coordonnés pour acquérir la bombe

le , mis à jour à 23:20
0
 (Actualisé avec réaction, contexte) 
    VIENNE, 2 décembre (Reuters) - Les autorités iraniennes ont 
déployé jusqu'en 2003 des "efforts coordonnés" pour se doter de 
l'arme nucléaire, dit l'Agence internationale de l'énergie 
atomique (AIEA) dans un rapport rédigé dans des termes d'une 
clarté inattendue. 
    Des activités potentiellement liées au volet militaire du 
programme nucléaire iranien se sont poursuivies ensuite, mais de 
façon moins coordonnée, et plus rien de crédible n'a été 
découvert après 2009, ajoutent les auteurs.  
    Ce rapport confidentiel, dont Reuters a pu prendre 
connaissance mercredi, a été rédigé dans le cadre de l'accord 
international conclu en juillet à Vienne, qui prévoit un 
encadrement du programme nucléaire iranien en échange d'une 
levée des sanctions.  
    L'AIEA doit maintenant décider s'il est ou non nécessaire de 
poursuivre son enquête sur la nature du programme nucléaire de 
la République islamique. Téhéran menace de récuser l'accord si 
le Conseil des gouverneurs de l'organisation internationale ne 
classe pas l'affaire. 
    "Il n'y a pas de flagrant délit là-dedans, mais nous n'en 
attendions pas. L'important, c'est que le bilan n'est pas clair 
pour l'Iran", a commenté un diplomate en poste à Vienne. 
    "Le rapport autorise le classement du dossier PDM (possibles 
développements militaires, ndlr), mais cela n'empêchera pas 
l'agence de chercher à répondre à certaines inquiétudes s'il 
s'en présente", a-t-il ajouté.  
     
    LA NATURE PACIFIQUE DU PROGRAMME DÉMONTRÉE, DIT TÉHÉRAN   
    "L'Agence estime que différentes activités liées au 
développement d'engins explosifs nucléaires ont été menées en 
Iran avant la fin 2003 dans le cadre d'une initiative 
coordonnée", peut-on lire dans ce rapport intitulé "Evaluation 
finale des questions en suspens, passées et actuelles, 
concernant le programme nucléaire de l'Iran".  
    C'est en 2003 que l'AIEA a confirmé l'existence en Iran d'un 
centre d'enrichissement d'uranium secret. 
    "L'Agence estime également que ces activités n'ont pas été 
au-delà des études de faisabilité, des recherches scientifiques, 
et de l'acquisition de certaines compétences et capacités 
techniques", précisent les auteurs. Ils ajoutent donc "qu'aucun 
signe crédible d'activités liées au développement d'explosifs 
nucléaires n'a été découvert après 2009".  
    Pour le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Abbas 
Araqchi, négociateur en chef sur ce dossier, il est désormais 
démontré que le programme nucléaire de la République islamique 
n'a pas été mené à des fins militaires.  
    "Le rapport final de l'AIEA sur les dimensions passées  
montre qu'il n'y a aucun signe de l'existence d'un programme 
militaire (...) et confirme que le programme iranien était 
pacifique", a-t-il déclaré, après la mise en circulation du 
document à Vienne. 
     
 
 (Francois Murphy et Shadia Nasralla, Jean-Philippe Lefief pour 
le service français, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant