Iran : Israël n'a pas renoncé à l'option militaire

le
0
Pressé par Washington, qui cherche à éviter une solution miliraire au dossier du nucléaire iranien, Israël a accepté de repousser l'éventualité de frappes préventives mais envisage tous les scénarios.

2012, année critique pour le programme nucléaire iranien. En théorie, Téhéran a annoncé son intention de faire de nouvelles propositions aux grandes puissances. Mais personne ne croit vraiment que les pourparlers qui doivent s'ouvrir samedi à Istanbul aient une chance d'aboutir.

Le président Mahmoud Ahmadinejad a exhorté les Occidentaux à «changer de langage», affirmé que son pays ne renoncera pas à enrichir de l'uranium et prévenu qu'il n'accepterait aucune condition préalable à la reprise des négociations.

Téhéran a annoncé mercredi des «contre-sanctions» pétrolières à l'Europe et cessé ses exportations à destination de l'Espagne et de l'Allemagne. La République islamique, qui avance à grands pas vers la bombe nucléaire et exploite habilement le soutien de Moscou et de Pékin, veut avant tout gagner du temps.

C'est aussi le cas de la Maison-Blanche, qui se démène sans compter depuis plusieurs semaines pour convaincre Israël de ne pas mener de frappes

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant