Iran: Instagram rouvre un compte dédié à l'imam Khomeiny après l'avoir supprimé

le
0
Iran: Instagram rouvre un compte dédié à l'imam Khomeiny après l'avoir supprimé
Iran: Instagram rouvre un compte dédié à l'imam Khomeiny après l'avoir supprimé

Le réseau de partage de photos Instagram a rouvert lundi un compte dédié à l'imam Khomeiny, quelques jours après l'avoir supprimé, alors que la République islamique s'apprête à célébrer l'anniversaire de la mort de son fondateur.Le compte @EmamKhomeini, qui publiait quotidiennement des photos rares ou jamais diffusées de Ruhollah Khomeiny, était suivi par 100.000 personnes et avait un stock de 500 clichés. Il avait été supprimé la semaine dernière, selon les médias iraniens. "Dans un e-mail, Instagram a annoncé la suppression de la page (...) et n'a fourni comme explication que la réponse automatique sur l'interdiction des contenus violents, pornographiques ou à caractère publicitaire", ont expliqué les médias, citant un compte Instagram dédié au guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei (@Khamenei_ir).Un autre compte, @EmamKhomeiny, a été créé pour le remplacer, selon la même source, alors que l'Iran célèbre jeudi le 26e anniversaire de la mort de l'imam Khomeiny.Le compte @Emamkhomeini était toutefois de nouveau disponible lundi soir. "Après que nous ayions suivi cette affaire, après les protestations des gens et la couverture médiatique en Iran et à l'étranger, ils ont dû le restaurer", expliquait un message sur @Khamenei_ir.L'Iran, qui compte 40 millions d'internautes sur une population de près de 78 millions, bloque de nombreux sites d'informations, à caractère politique ou pornographique ainsi que plusieurs réseaux sociaux, en particulier Twitter et Facebook, depuis les grandes manifestations de juin 2009 qui contestaient la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad. Mais les Iraniens utilisent des logiciels pour contourner ces interdictions.L'Iran a également commencé fin 2014 à filtrer Instagram, censurant seulement les contenus jugés "offensants" dans le cadre d'un projet gouvernemental de contrôle sélectif des réseaux sociaux.Depuis son élection en juin 2013, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant