Iran: Facebook et Twitter accessibles à cause de "problèmes techniques"

le
0
Iran: Facebook et Twitter accessibles à cause de "problèmes techniques"
Iran: Facebook et Twitter accessibles à cause de "problèmes techniques"

Les réseaux sociaux Twitter et Facebook, dont l'accès est interdit en Iran, sont accessibles depuis lundi soir à cause "de problèmes techniques", a déclaré mardi un responsable chargé des délits sur internet."Le non filtrage de Facebook hier soir était dû apparemment à des problèmes techniques. Nous sommes en train d'examiner cette affaire", a affirmé Abdolsamad Khoram-Abadi, cité par l'agence Mehr."Nous sommes en train de voir quel fournisseur d'accès était à l'origine de cela. Si on constate qu'il y a eu faute, nous prendrons des mesures", a-t-il ajouté.Facebook et Twitter sont en effet accessibles depuis lundi soir en Iran sans pare-feu ou VPN, qui sont aussi interdits, à la suite de problèmes techniques entraînant de nombreux messages d'internautes s'en félicitant. Ce type d'incident technique s'est déjà produit dans le passé."Chers amis aux Etats-Unis, croyez vous aux miracles? Eh bien, un miracle vient juste de se produire en Iran et le gouvernement a enlevé le filtrage sur Facebook", affirme Mehdi sur sa page."Twitter et Facebook sont autorisés. Merci Rohani", ajoute Ali sur son compte Twitter. "Quelle joie hier soir. Aller sur Twitter sans VPN", ajoute Sima. L'Iran bloque l'accès à Twitter, mais aussi à Facebook, Youtube, et de nombreux autres sites, notamment pornographiques ou politiques. Les internautes doivent avoir un VPN pour surfer sur la Toile mais la plupart de ceux-ci sont également bloqués.Les autorités fournissent à certaines sociétés privées et d'Etat un "VPN national".Après l'élection du président Hassan Rohani, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif est devenu le premier responsable de son pays à obtenir un compte certifié sur Twitter, bien que personne en Iran ne puisse légalement lire ses tweets. Le diplomate est aussi actif sur sa page Facebook.Malgré ces interdictions, plusieurs responsables ont leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant