Iran-États-Unis : le détroit d'Ormuz sous haute tension

le
0
Alors que la République islamique, lors de man?uvres navales, a menacé de fermer le détroit d'Ormuz, la marine américaine a envoyé un second porte-avions protéger cette voie maritime stratégique par où transite plus d'un tiers du pétrole mondial.

Vingt-quatre heures après l'attentat commis contre un spécialiste du nucléaire iranien, alors que Téhéran a menacé d'utiliser «toute la force» de sa marine contre les navires américains dans le Golfe, les États-Unis ont annoncé l'arrivée d'un second porte-avions dans la région, l'USS Carl-Vinson. Depuis que la République islamique, lors de man½uvres navales le mois dernier, a menacé de fermer le détroit d'Ormuz, voie maritime stratégique par où transite plus d'un tiers du pétrole mondial, la tension, loin de s'apaiser, continue d'augmenter.

La guerre des mots qui oppose Téhéran à Washington, qui a juré de «garantir» la libre circulation dans le détroit, en utilisant tous les moyens nécessaires, fait craindre à certains un affrontement ouvert entre les deux pays. À l'instar de celui qui opposa brièvement, en 1988, des bateaux de guerre américains aux forces iraniennes.

Pour bloquer le détroit d'Ormuz et répondre ainsi aux nouvelles sanctions que s'ap

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant