Iran et Chine veulent renforcer leurs relations bilatérales

le , mis à jour à 19:37
0
    * Le président chinois à Téhéran deux mois après Poutine 
    * Téhéran et Pékin veulent relancer l'ancienne route de la 
soie 
    * Veulent coopérer dans la lutte contre le djihadisme 
 
 (Actualisé avec Khamenei) 
    par Bozorgmehr Sharafedin 
    DUBAI, 23 janvier (Reuters) - La Chine et l'Iran ont exprimé 
samedi leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales et 
de porter leur commerce à 600 milliards de dollars (550 
milliards d'euros) sur les dix années à venir, a déclaré samedi 
le président iranien Hassan Rohani lors de la visite à Téhéran 
de son homologue chinois Xi Jinping. 
    La visite du numéro un chinois, une semaine après la levée 
des sanctions internationales qui pesaient sur l'Iran, fait 
suite à celle du président russe Vladimir Poutine qui était à 
Téhéran en novembre, après l'accord historique de juillet 
dernier encadrant les activités de la République islamique dans 
le domaine de l'atome. 
    "Nous sommes heureux que le président Xi visite l'Iran après 
la levée des sanctions. L'Iran et la Chine ont convenu de porter 
leurs échanges commerciaux à 600 milliards de dollars au cours 
des dix prochaines années", a déclaré Hassan Rohani lors d'une 
conférence de presse retransmise à la télévision nationale. 
    "L'Iran et la Chine ont convenu d'établir une relation 
stratégique", a-t-il ajouté. 
    La visite de Xi Jinping, qui a été accueilli au palais 
présidentiel de Sa'dabad dans le nord de la capitale iranienne,  
est la première d'un président chinois en Iran depuis 14 ans, a 
rappelé l'agence de presse officielle Irna. 
    Les deux pays ont signé un ensemble de dix-sept accords, 
comprenant notamment une relance de l'ancienne route de la soie, 
axe de transit commercial entre l'Orient et l'Occident, ainsi 
que la mise en oeuvre d'une coopération dans l'énergie 
nucléaire. 
    La Chine souhaite améliorer ses relations avec l'Iran dans 
le cadre d'un vaste plan de reconstruction de ses liens 
commerciaux avec l'Europe et l'Asie pour trouver de nouveaux 
débouchés pour ses produits, explique le journal chinois Global 
Times de samedi, dans un éditorial. 
     
    UN POINT D'APPUI IMPORTANT 
    "La Chine, bien sûr, considère ses intérêts dans le 
renforcement de la coopération avec l'Iran. Spécialement au 
moment où elle est en pleine expansion pour faire avancer le 
projet route de la soie, l'Iran est un point d'appui important", 
écrit le journal soutenu par l'Etat chinois.   
    Hassan Rohani a indiqué que son pays et la Chine avaient 
également décidé de coopérer étroitement pour résoudre la 
question du "terrorisme et de l'extrémisme en Irak, en Syrie, en 
Afghanistan et au Yémen". 
    Le Guide suprême de la révolution, l'ayatollah Ali Khamenei, 
que le président chinois a également vu dans la journée, a 
appelé à un renforcement des liens avec la Chine dans les 
domaines de l'économie et de la sécurité. 
    "L'Iran est le pays le plus fiable de la région en matière 
énergétique dans la mesure où sa politique énergétique ne sera 
jamais affectée par les étrangers", a déclaré l'ayatollah 
Khamenei, selon son site internet officiel, lors de la réunion 
avec le président chinois. 
    Le Guide suprême a accusé les Etats-Unis de ne "pas être 
honnêtes" dans la lutte contre le terrorisme dans la région. Il 
s'est prononcé pour une coopération plus étroite entre l'Iran et 
la Chine. 
    "Les Iraniens n'ont jamais fait confiance à l'Occident 
(...). C'est pourquoi Téhéran recherche la coopération avec des 
pays plus indépendants (comme la Chine)", a déclaré Khamenei. 
    Les échanges commerciaux entre l'Iran et la Chine 
s'établissaient à 52 milliards de dollars en 2014 mais ce 
montant a diminué l'an passé en raison de la chute des cours du 
pétrole. 
    Le dirigeant chinois accomplit une tournée au Proche et au 
Moyen-Orient. Avant son séjour en Iran, il s'est rendu en Egypte 
et en Arabie saoudite, pays qui a rompu ses relations 
diplomatiques avec la république islamique en raison de 
l'attaque de l'ambassade saoudienne à Téhéran après l'exécution 
d'un dignitaire chiite. 
 
 (Avec Megha Rajagolapan à Pékin; Pierre Sérisier et Danielle 
Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant