Irak : vent de colère contre le premier ministre

le
0
Un an après le retrait américain, sunnites et Kurdes dénoncent la confiscation du pouvoir par Nouri al-Maliki.

Dix ans bientôt après sa libération, l'Irak reste un pays instable et quasiment ingouvernable. Chaque jour depuis trois semaines, des manifestations éclatent dans les provinces sunnites contre le premier ministre Nouri al-Maliki, un chiite accusé de défavoriser la minorité sunnite, grande perdante de l'après-Saddam Hussein en 2003.

La révolte sunnite a éclaté après l'arrestation, le 20 décembre, de gardes du corps du ministre des Finances, Rifaa al-Issawi, un sunnite membre du bloc laïque Iraqiya, qui s'oppose à Maliki. Depuis, les protestataires bloquent la route qui mène à la frontière syrienne à travers le désert d'al-Anbar.

Les sunnites - 25 % de la population - réclament également l'abrogation d'une législation antiterroriste jugée pénalisante pour leur communauté. En décembre 2011, Maliki s'était déjà attiré les foudres des sunnites...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant