Irak : progression des insurgés, John Kerry à Bagdad

le
0
Irak : progression des insurgés, John Kerry à Bagdad
Irak : progression des insurgés, John Kerry à Bagdad

Les manoeuvres diplomatiques autour de la situation en Irak prennent un caractère d'urgence. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est arrivé lundi à Bagdad pour des consultations, alors que les insurgés sunnites ne cessent de consolider leur présence dans l'ouest du pays, frontalier de la Syrie et de la Jordanie, depuis le début de l'offensive qu'ils mènent depuis le 9 juin. Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a prévenu lundi que la situation en Irak menaçait «la paix dans la région et le monde».

Depuis le 9 juin, les jihadistes de l'EIIL ont ainsi mis la main sur Mossoul, deuxième ville d'Irak, une grande partie de sa province Ninive (nord), de Tikrit et d'autres secteurs des provinces de Salaheddine (nord), Diyala (est) et Kirkouk (nord), et tiennent désormais quatre villes d'Al-Anbar, Fallouja, Al-Qaïm, Rawa et Aana ainsi que partiellement celle de Ramadi.

Des insurgés prennent un deuxième poste-frontière avec la Syrie Les insurgés emmenés par les jihadistes ultra-radicaux de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) se sont emparés de la localité stratégique de Tal Afar, une enclave chiite dans la province de Ninive, et de son aéroport, ainsi que d'Al-Walid, le deuxième poste-frontière avec la Syrie à tomber entre leurs mains ces derniers jours, après celui d'Al-Qaïm. La prise d'Al-Walid va permettre aux jihadistes de renforcer leur capacité d'acheminement d'hommes et d'armes à partir de la Syrie où ils sont aussi très actifs.

Le troisième poste-frontière, celui de Rabia, a été abandonné la semaine dernière par les forces irakiennes lors d'une offensive des jihadistes dans la province de Ninive. Il est actuellement contrôlé par les forces de sécurité kurdes.

John Kerry à Bagdad Cette visite avait été jusqu'ici gardée secrète pour des raisons de sécurité. Arrivé lundi à Bagdad, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a rencontré le Premier ministre sortant Nouri al-Maliki, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant