Irak : premier raid américain près de Bagdad

le
0
Irak : premier raid américain près de Bagdad
Irak : premier raid américain près de Bagdad

L'Etat islamique (EI) est dans le viseur de la communauté internationale. Il a été pris pour cible lundi par des raids aériens de l'armée américaine. Pour la première fois depuis le début des bombardements en août, l'US Air Force a visé certaines positions des islamistes à proximité de Bagdad, la capitale de l'Irak. Les Etats-Unis cherchent également à renforcer l'opposition syrienne. De plus, une coalition de 27 pays au moins, réunis lundi à Paris, cherche à faire «disparaître» ce groupe terroriste, qui occupe une vaste portion des territoires syriens et irakiens. Le Canada a déployé 69 soldats des forces spéciales en Irak.

Obama pourrait envoyer des troupes au combat «au cas par cas». Le général Martin Dempsey, plus haut gradé américain, a contredit lors d'une audition au Sénat les assurances répétées du président :  Obama «m'a demandé de m'en référer à lui au cas par cas», a déclaré le général Martin Dempsey. «Si nous en arrivons au point où j'estime que nos conseillers doivent accompagner les troupes irakiennes dans leur offensive contre des cibles de l'Etat islamique, c'est ce que je recommanderai au président», a déclaré le général. A l'heure actuelle, près de 300 conseillers militaires américains épaulent l'armée irakienne dans ses efforts contre le groupe Etat islamique, auteur d'une fulgurante offensive au nord du pays. Quelque 300 autres conseillers devraient bientôt arriver en renfort.

Les Etats-Unis bombardent près de Bagdad. Les Etats-Unis ont effectué une frappe aérienne dans les environs de Bagdad pour la première fois. Elle s'inscrit dans la lutte contre l'Etat islamique. Cette frappe s'est déroulée au sud-ouest de la capitale irakienne, a annoncé dans la nuit de lundi à mardi le Centcom, le commandement de l'armée américaine chargé du Moyen-Orient et de l'Asie centrale, précisant qu'elle avait vocation à soutenir l'armée irakienne «dans son offensive contre les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant