Irak : malgré les attentats sanglants, Bagdad lève son couvre-feu

le
0
Irak : malgré les attentats sanglants, Bagdad lève son couvre-feu
Irak : malgré les attentats sanglants, Bagdad lève son couvre-feu

Pendant les attentats, la vie continue. Le couvre-feu nocturne en vigueur depuis des années à Bagdad a été levé samedi à minuit alors même qu'au moins 32 personnes ont été tuées au cours des heures précédentes dans des attaques dans la capitale irakienne.

Malgré les attaques régulières visant Bagdad, le couvre-feu nocturne a été levé à la demande du Premier ministre Haider al-Abadi afin que «la vie soit aussi normale que possible bien que (le gouvernement) soit engagé dans une guerre».

Alors que l'organisation jihadiste Etat islamique (EI) contrôle de larges pans du territoire irakien, Bagdad est considérée comme à l'abri d'une attaque majeure des jihadistes. Mais elle reste la cible d'attentats réguliers visant en particulier les forces de sécurité ou la communauté chiite. Symboliquement, l'attaque de samedi a visé un café-restaurant. Les cafés et restaurants, qui pourront désormais rester ouverts après minuit, espérent une hausse de leur activité avec la fin du couvre-feu.

Il était en vigueur depuis le milieu des années 2000

Le couvre-feu avait été établi afin de mettre un frein aux violences particulièrement meurtrières du milieu des années 2000. Les heures du couvre-feu ont varié au fil des années, mais il était récemment en vigueur de minuit à 05H00 locales.

Samedi, l'attaque la plus sanglante s'est produite dans un restaurant du quartier Bagdad al-Jadida (est), vers 11 heures. Un kamikaze a fait détonner sa ceinture d'explosifs, tuant au moins 23 personnes et faisant près de 43 blessés. Une autre attaque, dont le mode opératoire reste encore incertain, a fait au moins neuf morts et 28 blessés dans un centre commercial du coeur de la capitale irakienne.

Pendant ce temps, dans le nord et l'ouest du pays, les forces kurdes et l'armée gouvernementale, appuyée par des milices alliées, tentent de poursuivre leur reconquête des régions tombées aux mains de l'EI, un nouveau charnier a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant