Irak-Les USA pourraient aider l'armée irakienne à Ramadi

le
0
 (Actualisé avec Maison blanche) 
    WASHINGTON, 9 décembre (Reuters) - Les Etats-Unis sont prêts 
à déployer des conseillers et des hélicoptères de combat si 
Bagdad le demande afin d'aider l'armée irakienne à reprendre 
Ramadi, a déclaré mercredi le secrétaire à la Défense Ashton 
Carter, avant que la Maison blanche ne vienne préciser que 
Barack Obama n'a pour l'heure pas pris de décision. 
    Les propos d'Ashton Carter témoignent de l'intensification 
de l'implication militaire de Washington dans le combat contre 
l'organisation djihadiste qui contrôle toujours de vastes 
territoires à cheval sur la Syrie et l'Irak. 
    L'EI s'est emparé en mai de Ramadi, une ville située à près 
de 120 kilomètres à l'ouest de Bagdad. Sa reprise revêt pour le 
gouvernement irakien une importance symbolique et gonflerait le 
moral de son armée qui a essuyé une longue série d'humiliantes 
défaites depuis l'offensive des djihadistes de 2014. 
    S'exprimant au Sénat, Ashton Carter a estimé que la 
reconquête de la ville était "désespérément lente". Il a 
toutefois souligné que l'armée irakienne s'était taillé quelques 
succès en reprenant notamment ces dernières 24 heures le centre 
des opérations d'Anbar, sur la rive nord de l'Euphrate. 
    "Les Etats-Unis sont disposés à soutenir l'armée irakienne 
avec des moyens supplémentaires pour l'aider à terminer le 
travail, notamment avec des hélicoptères de combat et des 
conseillers si les circonstances l'exigent et que le Premier 
ministre Abadi en fait la demande", a-t-il dit. 
    Le porte-parole de la Maison blanche a toutefois prévenu que 
le président américain Barack Obama n'avait pas encore décidé 
d'approuver l'envoi d'hélicoptères de combat, confirmant qu'il 
faudrait pour cela que le chef du gouvernement irakien en fasse 
la demande.  
    Washington a récemment dévoilé un projet visant à déployer 
en Syrie et en Irak des troupes d'élite et Asthon Carter a 
déclaré au Sénat qu'il était en contact avec les pays membres de 
la coalition conduite par les Etats-Unis pour les inciter à 
dépêcher à leur tour des forces spéciales. 
    Il a toutefois fait part de sa déception devant le manque 
d'implication des pays arabes sunnites dans la lutte contre 
l'Etat islamique, sunnite lui aussi. 
 
 (Phil Stewart et Yegenah Torbati,; Nicolas Delame pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant