Irak : les jihadistes revendiquent l'assassinat d'un journaliste américain

le
0
Irak : les jihadistes revendiquent l'assassinat d'un journaliste américain
Irak : les jihadistes revendiquent l'assassinat d'un journaliste américain

Les jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont revendiqué ce mardi l'assassinat d'un journaliste américain en représailles aux frappes aériennes américaines sur leurs positions en Irak. James Foley, journaliste pour le site Global Post avait été enlevé en novembre 2012 en Syrie.

Dans une vidéo diffusée mardi sur internet, l'EIIL montre un homme masqué et habillé de noir s'exprimant avec un accent britannique qui semble couper la gorge du journaliste. Un autre journaliste, contributeur pour le Time, Steve Sotloff, enlevé le 4 août 2013, est également présent sur la vidéo.

La Maison Blanche a réagi peu après la diffusion de la vidéo. Dans un communiqué, Washington qui se dit «horrifié» par cette vidéo a affirmé que ses «services feraient le nécessaire pour déterminer l'authenticité» de la bande. Si celle-ci se confirme, les Etats-Unis se disent «atterrés par le meurtre d'un journaliste américain innocent» et «expriment leurs plus sincères condoléances à la famille ainsi qu'aux proches» du journaliste assassiné.

BREAKING: Islamic State, in video titled "A Message to America," beheads American journalist James Wright Foley pic.twitter.com/Y8yZcKTa6m-- Michael van Poppel (@mpoppel) 19 Août 2014

IS: "The life of this American citizen, Obama, depends on your next decision" pic.twitter.com/tFZyBGN9YN-- Michael van Poppel (@mpoppel) 19 Août 2014

James Foley, qui à 40 ans était un reporter expérimenté, avait notamment couvert le conflit en Libye avant de se rendre en Syrie, lors du soulèvement contre le régime de Bashar Al-Assad pour le Global Post, l'AFP et d'autres médias. Selon plusieurs témoignages, il a été enlevé dans le nord de la Syrie le 22 novembre 2012. Sa famille, qui avait lancé une campagne d'information, n'avait eu aucune nouvelle depuis.

La vidéo d'un peu moins de cinq minutes, qui s'intitule ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant