Irak: les jihadistes font aussi la guerre sur la toile

le
0
Irak: les jihadistes font aussi la guerre sur la toile
Irak: les jihadistes font aussi la guerre sur la toile

A coup d'images destinées à la fois à inspirer la crainte qu'à recruter des militants fascinés par la violence, les jihadistes en Irak mènent une propagande sur internet jugée aussi importante que le combat sur le terrain. Le groupe de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) utilise abondamment les images qui peuvent dépeindre des revers en victoires et les combats sur les terrain en puissant outil de propagande et de recrutement.L'utilisation par les partisans de l'EIIL et d'autres groupes d'insurgés sunnites associés du site de micro-blogging Twitter est montée en puissance au fur et à mesure que les jihadistes progressaient sur le terrain, prenant le contrôle de pans entiers du territoire irakien et se rapprochant de Bagdad.Un flux quasi-constant d'images est assuré sur Twitter."Ils n'ont pas seulement fait rougir de honte d'autres groupes d'insurgés mais aussi des firmes commerciales utilisant le net pour vendre des produits", estime Aaron Zelin, du Washington Institute for Near East Policy, à propos de la propagande de l'EIIL."Ils sont très, très bons", souligne-t-il.Alors que les forces irakiennes cédaient à l'offensive lancée le 9 juin, l'EIIL a mis en ligne les images de véhicules et de positions militaires saisis, ainsi que de brèves descriptions des combats.Après avoir pris le contrôle de la province septentrionale de Ninive, les images de bulldozers abattant la barrière de la frontière entre l'Irak et la Syrie sont venues souligner l'"unification symbolique" des deux pays, où l'EIIL veut établir un Etat islamique.Et quand l'EIIL a affirmé avoir exécuté des soldats dans la province de Salaheddine (nord), des images de ses combattants tirant sur des dizaines d'hommes face à terre dans des fossés peu profonds maculés de mares de sang ont été diffusées pour illustrer cet épisode terrifiant. - Hashtags détournés - Selon Charles Lister, un chercheur invité au Centre Brookings de Doha, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant