Irak : les islamistes à 100 km de Bagdad, Washington envisage des frappes

le
0
Irak : les islamistes à 100 km de Bagdad, Washington envisage des frappes
Irak : les islamistes à 100 km de Bagdad, Washington envisage des frappes

La situation continue de se dégrader en Irak. Les insurgés de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui ont déjà pris plusieurs villes du nord et du centre du pays, se rapprochent de plus en plus de Bagdad, la capitale, ce jeudi. Ces rebelles sunnites, présents également en Syrie et au Liban, ont à leur tête Abou Bakr al-Baghdadi, et veulent renverser les dirigeants chiites en place à Bagdad. Leurs ressources financières proviennent principalement de la vente de pétrole dans les zones déjà sous leur contrôle. L'EIIL a été mise à l'écart d'Al-Qaïda car jugé trop radical par Al Qaïda elle-même.

Les islamistes à 100 km de Bagdad.  L'EIIL se trouve à une petite centaine de kilomètres de Bagdad ce jeudi. Les rebelles se sont emparés de la cité de Dhoulouiya, à 90 km au nord, ont précisé un colonel de la police et des habitants. Les rebelles de l'EIIL ont appelé leurs partisans à avancer sur Badgad, selon un porte-parole de l'EIIL, cité par le réseau américain de surveillance des sites islamistes SITE. Dans un enregistrement sonore daté de mercredi et attribué au porte-parole de l'EIIL, Abou Mohammed al-Adnani, ce dernier «a dit aux soldats de marcher sur Bagdad» et critiqué le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, pour son «incompétence».

VIDEO. La déroute de l'armée irakienne

VIDEO. Les islamistes foncent vers Bagdad

Les Etats-Unis réfléchissent à utiliser des drones. L'Irak a officieusement indiqué à Washington qu'il était ouvert à l'idée de frappes aériennes américaines afin d'enrayer l'offensive jihadiste, a affirmé mercredi un responsable occidental, confirmant une information du «Wall Street Journal». L'administration Obama envisage plusieurs options pour venir en aide à Bagdad et lui fournir du soutien militaire, éventuellement par le biais de frappes effectuées avec des drones, selon ce responsable s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. Washington a d'ores et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant