Irak : les insurgés sunnites font régner la peur à Mossoul

le
1
Irak : les insurgés sunnites font régner la peur à Mossoul
Irak : les insurgés sunnites font régner la peur à Mossoul

Près de deux semaines après avoir été prise par des insurgés sunnites, Mossoul, la deuxième ville d'Irak, a fait un bond en arrière de plusieurs siècles, selon des habitants ayant fui ou d'autres restés malgré la peur.

Les insurgés, menés par des jihadistes ultra-radicaux de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), ont commencé à faire application leur interprétation extrémiste de l'islam, rapportent ces habitants interrogés par téléphone. «Ils vont nous ramener, nous et notre pays, des siècles en arrière, et leurs lois sont contraires aux droits de l'Homme et au droit international», dénonce Oum Mohammed, une enseignante de 35 ans.

«Une peur constante»

«Nous vivons dans la peur constante d'être soumis à de nouvelles pressions», poursuit-elle. «Nous avons peur d'être empêchés de travailler». Mossoul a longtemps été connue d'abord pour ses sites historiques et ses parcs, avant de devenir un terrain de violences quotidiennes à la suite de l'invasion américaine de 2003.

Le 10 juin, au deuxième jour de leur offensive fulgurante sur l'ouest et le nord du pays, les insurgés sunnites ont pu s'emparer de la ville et de ses deux millions d'habitants. Aussitôt, les insurgés ont déclaré Mossoul et sa province Ninive comme faisant partie de leur Etat islamique et ont diffusé un document édictant en 16 points les nouvelles règles. La vente et la consommation d'alcool ou de drogue sont interdits, mais aussi le tabac. Les femmes doivent se couvrir et rester chez elles. Le port d'arme et les rassemblements sont proscrits pour la majeure partie de la population.

Les insurgés continuent leur progression

Les forces irakiennes se sont retirées samedi de trois villes de l'ouest du pays (Al-Qaïm, de Rawa et d'Aana) «pour se redéployer», selon un porte-parole militaire. Ces cités, proches de la frontière syrienne, ont été investies par des insurgés sunnites qui renforcent ainsi leur mainmise sur l'ouest de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • roujos59 le dimanche 22 juin 2014 à 20:27

    Selon nos dirigeants, voici donc une libération d'une partie de territoire. La démocratie va y régner, bref un vrai paradis. Ouvrons vite une ambassade. Aidons ce nouveau pays à se développer, Paris pourrait être jumelée, nous aurions d'intéressants échanges de touristes. Qui sait, Fab. ius pourrait aller y vivre...