Irak : les Etats-Unis bombardent des positions de l'Etat islamique

le
1
Irak : les Etats-Unis bombardent des positions de l'Etat islamique
Irak : les Etats-Unis bombardent des positions de l'Etat islamique

La tension monte en Irak. Alors que la progression des jihadistes de l'Etat islamique (EI) dans le nord du pays provoque la fuite de nombreux civils, notamment des chrétiens, la communauté internationale réagit.

Alors que Paris et Washington ont évoqué jeudi des actions pour lutter contre ce groupe radical sunnite dirigé par Abu Bakr Al Baghdadi, les Etats-Unis ont commencé à bombarder l'Irak, ciblant les jihadistes, ce vendredi. Les Nations unies ont de leur côté annoncé œuvrer à l'ouverture d'un corridor humanitaire dans le nord de l'Irak afin d'évacuer les civils pris au piège par l'offensive jihadiste.

Les Etats-Unis bombardent les positions des jihadistes

Les Etats-Unis entrent dans le conflit. Il s'agit d'une première depuis leur retrait d'Irak en 2011. Washington a en effet procédé à des frappes aériennes au cours de la journée. Ce vendredi, six chasseurs bombardiers américains ont frappé des cibles de l'Etat islamique au-dessus Erbil. Le chef de l'armée irakienne, Babaker Zebari, a estimé que l'appui aérien américain allait permettre «d'énormes changements sur le terrain dans les prochaines heures». Ce vendredi soir, les médias américains évoquent de nouvelles frappes aériennes sur des cibles de l'Etat islamique dans le nord de l'Irak. La Maison Blanche a précisé qu'aucune date de fin n'avait été fixée pour cette opération militaire, mais a répété que les Etats-Unis excluaient d'envoyer des troupes au sol et de s'engager dans «un conflit prolongé».

La France, de son côté, en appelle à une mobilisation de l'UE et «se félicite de la décision importante prise par le président Obama d'autoriser des frappes aériennes ciblées afin de contrer l'Etat islamique ainsi que de mettre en oeuvre un effort humanitaire» «impérieux et urgent», a indiqué François Hollande. Paris se dit également «prêt à prendre toute sa part» dans l'aide aux populations civiles victimes des «exactions ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • opelin le vendredi 8 aout 2014 à 17:22

    TOUS les pays où les occidentaux sont intervenus pour "expulser" un dictateur finissent par tomber dans l’extrémisme religieux islamique. L'occident n'apprendra t'il jamais rien ??? Combien de soldats vont encore aller mourir sur ces terres ? Combien de marchands d'armes vont encore faire fortune ? Combien de politiciens vont faire leur carrière sur cette misère ?