Irak-Les États-Unis arment directement les forces kurdes-sources

le
1

WASHINGTON, 11 août (Reuters) - Le gouvernement américain fournit directement des armes aux combattants peshmerga de la région semi-autonome du Kurdistan irakien pour les aider à combattre les activistes sunnites, a-t-on appris lundi auprès de sources gouvernementales américaines. La livraison d'armes au Kurdistan irakien intervient alors que les combattants kurdes luttent pour mettre un terme à l'avancée des activistes de l'État islamique, des djihadistes considérés comme plus extrémistes qu'Al Qaïda qui ont déclaré un 'califat islamique' sur un territoire s'étendant du nord de l'Irak jusqu'en Syrie. Les armes ont été fournies par la CIA mais le département américain de la Défense devrait commencer prochainement à armer également les peshmerga, qui ont repris le contrôle de deux positions stratégiques dans le nord de l'Irak dimanche avec l'aide de frappes aériennes américaines, a-t-on appris de même source. Les responsables ayant requis l'anonymat n'ont pas précisé quand les États-Unis ont commencé à armer les combattants kurdes ni quel type d'armes avait été fourni. Des armes ont également été expédiées par le gouvernement irakien de Bagdad à Erbil, dont principalement des fusils d'assaut AK47 et des munitions, ont précisé les responsables américains. IDnL6N0QE5FX Depuis vendredi, les États-Unis ont procédé à des bombardements aériens, menés par des drones et des avions de chasse, sur des positions de l'État islamiques dans le but de fournir un appui aux peshmerga. Cette série de frappes a ralenti les opérations des activistes de l'État islamique dans le nord du pays mais ne devrait pas affaiblir le groupe djihadiste, a déclaré lundi le Pentagone. ID:nL6N0QH4EL Les 15 frappes aériennes conduites par l'armée américaine constituent la première action militaire américaine en Irak depuis que l'administration Obama a procédé au retrait total des troupes américaines fin 2011, espérant alors mettre un terme à l'implication de l'armée américaine dans le pays après des années de présence. (Mark Hosenball, Missy Ryan, David Alexander; Agathe Machecourt pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • roujos59 le lundi 11 aout 2014 à 23:17

    Trop tard pour nous. A force de tergiverser, les usa nous ont pris de vitesse. Nous n'ouvrirons donc pas notre marché d'armement. Soit disant l'Europe devait être un contre-poids...