Irak : les combattants de Daech capables d'abattre des avions de ligne

le
1
Irak : les combattants de Daech capables d'abattre des avions de ligne
Irak : les combattants de Daech capables d'abattre des avions de ligne

Alors que les forces kurdes défendant la ville syrienne de Kobané ont repoussé dans la nuit de samedi à dimanche un nouvel assaut des combattants du groupe Etat islamique (EI),  les services de renseignement allemands estiment que les jihadistes possèdent des lance-missiles capables de toucher des avions de ligne en Irak, selon le journal «Bild am Sonntag».

Les services du BND (Bundesnachrichtendienst) ont confié leurs craintes à des parlementaires allemands au cours d'une réunion confidentielle la semaine dernière, affirme le journal allemand, sans citer de source nominative. Ce rapport avertit que les combattants de Daech ont en possession de lance-missiles issus des stocks de l'armée syrienne, certains datant des années 70, d'autres sont plus modernes et sont équipés d'une technologie plus avancée.

Connus sous le nom de Manpads (pour Man Portable Air Defense Systems, c'est-à-dire, systèmes portables de défense anti-aérienne), d'inspiration russe, ils pourraient également avoir été fabriqués dans d'autres pays, comme la Bulgarie et la Chine.  Plusieurs compagnies, dont Austrian Airlines et Qatar Airways survolent encore le nord de l'Irak, d'après le journal allemand.

Syrie : les Kurdes repoussent un nouvel assaut à Kobané

Les forces kurdes défendant la ville syrienne de Kobané ont repoussé à dimanche un nouvel assaut des combattants du groupe Etat islamique (EI) dans l'attente des premiers renforts de peshmergas irakiens qu'elles espèrent en début de semaine.  Ces combattants arriveront par la frontière turque. L'EI se focalise sur ce lieu «afin d'assiéger les combattants des Unités de protection du peuple kurde (YPG) dans la ville, couper leur voie d'approvisionnement et les empêcher d'évacuer leurs blessés vers la Turquie», selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

En dehors de cette troisième ville kurde de Syrie qui mobilise l'attention internationale depuis des semaines, des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le dimanche 26 oct 2014 à 23:09

    Ouh j'ai peur, mais cela paraît tout de même difficile d'abattre un avion volant a 11 000 mètres avec des missiles portant a 4 ou 5 000 mètres et dont les batteries (SAM7) sont souvent déficientes. Et des batteries de missiles plus compliquées (comme en Ukraine), il faut les trouver.