Irak : le juteux business de la reconstruction

le
4
Irak : le juteux business de la reconstruction
Irak : le juteux business de la reconstruction

Ce coup de ciseaux vaut des millions. En sectionnant jeudi midi le ruban bleu-blanc-rouge du pavillon français de la Foire internationale de Bagdad, Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur, a lancé cinq jours d'intenses négociations commerciales pour les 22 PME et grands groupes (Sanofi, Orange etc.) tricolores qui l'accompagnent.

Ambition affichée : doubler en trois ans les exportations françaises dans cet Irak en pleine reconstruction et encore marqué par l'intervention américaine en 2003. « Avec 500 Mds? d'investissements prévus, il s'agit du plus grand marché solvable de reconstruction au monde », a souligné la ministre.

Evoquant les attentes d'un « pays ami », Nicole Bricq s'est déjà félicitée des premières retombées de cette visite : un contrat très prometteur dans le ferroviaire , la vente de radars aériens pour Thales ou d'équipements électriques pour un montant total de 250 M?.

Le made in France reconnu

Sur les stands du pavillon français, tous les commerciaux polyglottes connaissent ces chiffres : 8% de croissance par an et environ 100 Mds? que Bagdad dit vouloir investir dans de grands projets dans les prochaines années. Car le big business, ici, c'est le pétrole. « Le gouvernement irakien vise une production de 9 millions de barils par jour en 2020. C'est considérable, cela représente 10% de la production mondiale. Il y aura forcément des opportunités », lâche Alain Przybysz, le représentant local de Total. Avec plusieurs commerciaux déployés dans le pays, le pétrolier français entend bien sûr être de la partie.

Modernisation du stade de football de Nasseria, mise en ?uvre de plusieurs cimenteries pour Lafarge? D'autres entreprises françaises ont réussi à damer le pion pour une partie de ces contrats aux entreprises américaines, anglaises, allemandes ou encore japonaises. Dans cette guerre économique, le made in France est visiblement synonyme de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 le samedi 12 oct 2013 à 10:15

    Est-ce qu'ils y a un occidental censé et pas dé-bile qui oserait mettre les pieds dans ce pays sans une protection super renforcée??

  • DADA40 le samedi 12 oct 2013 à 09:54

    Les américains avaient menacé les français de les exclure du marché de la reconstruction si on ne participait pas à la guerre : preuve qu'ils cassent tout pour pouvoir faire marcher leur industrie.

  • taz40 le samedi 12 oct 2013 à 08:57

    PSA, c'est pour toi ca !!

  • pcostepl le samedi 12 oct 2013 à 08:51

    c est à croire quel on detruit pour reconstruire et se remplir les poches ,au détriment malheureusement de la population locale