Irak : l'Union européenne s'entend sur la livraison d'armes aux Kurdes

le
1
Irak : l'Union européenne s'entend sur la livraison d'armes aux Kurdes
Irak : l'Union européenne s'entend sur la livraison d'armes aux Kurdes

A l'initiative du Quai d'Orsay, les ministres des Affaires étrangères de l'UE étaient réunis en urgence ce vendredi à Bruxelles (Belgique). Si la décision de livrer des armes revient à chaque Etat membre, ils se sont prononcés en faveur de la livraison d'armes aux combattants kurdes qui luttent contre l'Etat islamique (EI) en Irak, en se félicitant de l'aide militaire directe apportée par certains Etats-membres, dont la France qui a pris cette décision mercredi et le Royaume-Uni qui a prépositionné des moyens aériens à Chypre pour acheminer du matériel.

«J'ai demandé cette réunion pour que l'Europe toute entière se mobilise et vienne en soutien des Irakiens et Kurdes», a déclaré Laurent Fabius qui plaide depuis sa visite en Irak dimanche dernier pour une livraison d'armes. «Il est important qu'il y ait un accord européen» pour armer les Kurdes, «l'UE doit avoir une position unifiée là-dessus», a renchéri l'italienne Federica Mogherini, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE.

L'Allemagne fait taire ses réserves

Même Berlin, plus réticent au départ, a fait taire ses réserves. «Les Européens ne doivent pas se limiter à saluer le combat courageux des forces kurdes. Nous devons aussi faire quelque chose pour répondre à leurs besoins», a souligné le chef de la diplomatie allemande Steinmeier, qui se rendra en Irak «ce week-end». «Il y a une menace sur les gens, sur l'intégrité territoriale de l'Irak et entre temps aussi des voisins de l'Irak, cela doit nous concerner», a-t-il ajouté. L'Allemagne a toutefois jusque-là limité son soutien à la fourniture de matériels militaires non-létaux.

Restait à convaincre ceux, comme la Suède, l'Irlande, la Finlande et l'Autriche, hostiles par principe à la fourniture d'armes en zones de conflit, ou inquiets d'éventuelles tentations indépendantistes kurdes. Le Suédois Carl Bildt a ainsi réaffirmé que son pays n'est pas prêt à aller au-delà du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phiphou le vendredi 15 aout 2014 à 18:54

    C'est bien peu et assez représentatif du caractère velléitaire des dirigeants européens, qui sont au dessous de tout en laissant les criminels de l'Eiil procéder à des exécutions de groupes entiers d'hommes, comme le faisaient les sinistres Einsaztgruppen en Ukraine en 1941. Pour les preuves, des vidéos publiees par ces criminels existent. pdt ce temps, les palabres continuent. On attend toujours les dénonciations par suffisamment d'autorités du moyen orient ou les associations anti-racistes etc