Irak-L'Etat islamique contre-attaque à Falloudja

le , mis à jour à 16:43
0
 (Actualisé avec Egeland) 
    CAMP TARIK, Irak, 31 mai (Reuters) - Les djihadistes de 
l'Etat islamique (EI) ont contre-attaqué mardi au lendemain de 
l'offensive de l'armée irakienne dans le sud de Falloudja, 
a-t-on appris auprès des forces gouvernementales. 
    La force de réaction rapide de l'armée irakienne les a 
stoppés à 500 mètres du quartier de Chouhada, le secteur le plus 
densément construit du sud-est de la ville, selon un commandant 
de l'armée et un officier de police. 
    "Nos forces se sont retrouvées sous un feu nourri, elles 
sont bien protégées dans des tranchées et des tunnels", a dit le 
commandant qui s'exprimait au camp Tarik, base arrière des 
troupes gouvernementales au sud de Falloudja, bastion djihadiste 
situé à une soixantaine de kilomètres à l'est de Bagdad. 
    Un membre du personnel du principal hôpital de la ville, dit 
avoir été informé de la mort de 32 civils lundi. Ce bilan n'a 
pas pu être confirmé par une seconde source. 
    D'autre sources médicales ont fait état d'une cinquantaine 
de morts, 30 civils et 20 combattants, au cours de la première 
semaine de l'offensive. 
    Selon le Haut commissariat aux réfugiés de l'Onu, 3.700 
personnes ont quitté Falloudja au cours de la semaine écoulée. 
L'agence dit également avoir reçu des informations selon 
lesquelles des civils sont utilisés comme boucliers humains par 
l'EI. 
    La population de la Falloudja a été divisée par trois en six 
mois de siège, mais 50.000 personnes s'y trouvent toujours et 
souffrent de multiples pénuries.   
     
    CATASTROPHE HUMANITAIRE 
    "Une catastrophe humanitaire se déroule à Falloudja. Des 
familles sont prises entre deux feux et n'ont aucun moyen de 
quitter la ville. Les belligérants doivent permettre aux civils 
de partir en toute sécurité avant qu'il ne soit trop tard et 
qu'il n'y ait de nouvelles victimes", a plaidé Jan Egeland, 
secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, l'une 
des ONG qui viennent en aide aux déplacés.  
    L'armée irakienne, soutenue par des miliciens chiites, a 
lancé le 23 mai son opération de reconquête de Falloudja tout 
d'abord en resserrant son étau autour de la ville, puis en 
passant à l'offensive. 
    En janvier 2014, la ville a été la première d'Irak à tomber 
aux mains des djihadistes, six mois avant l'instauration de leur 
califat dans le nord et l'ouest du pays l'Irak ainsi qu'en 
Syrie. 
    Falloudja est la deuxième ville d'Irak tenue par l'EI après 
Mossoul, dont la population, avant le conflit, avoisinait les 
deux millions d'habitants. 
    Les peshmergas (combattants kurdes) ont lancé dimanche une 
offensive pour chasser les djihadistes d'une poignée de 
localités situées à une vingtaine de kilomètres à l'est de 
Mossoul, de manière à accentuer la pression sur l'EI et à 
préparer un assaut de la ville. Ils ont dit lundi s'être emparés 
de plusieurs villages de ce secteur. 
    Le Premier ministre irakien, Haïdar al Abadi, espère 
reprendre Mossoul avant la fin de l'année et mettre ainsi fin à 
toute présence significative de l'Etat islamique en territoire 
irakien.  
 
 (Saif Hameed et Kareem Raheem,; Nicolas Delame pour le service 
français, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant