Irak : l'armée tente de riposter aux conquêtes des jihadistes de Daech

le
0
Irak : l'armée tente de riposter aux conquêtes des jihadistes de Daech
Irak : l'armée tente de riposter aux conquêtes des jihadistes de Daech

Les forces irakiennes appuyées par des milices chiites et des tribus reprennent l'initiative face au groupe Etat islamique. Elles ont reconquis ce samedi des positions proches de Ramadi, dans leur première contre-attaque depuis la chute le 17 mai de cette cité, capitale de la plus grande province d'Irak située à 100 km à l'ouest de Bagdad. «Les opérations pour libérer la localité de Houssayba, à sept km à l'est de Ramadi, ont commencé, a déclaré un colonel de police sur place. Jusqu'ici, le commissariat a été libéré, de même que le secteur autour. L'opération fait des progrès significatifs».

Le chef de la principale force tribale dans le secteur, cheikh Rafeh Abdelkarim al-Fahdawi, a fait état d'une «large participation des combattants tribaux». L'opération implique également la police locale et fédérale, la force d'intervention rapide du ministère de l'Intérieur, des soldats de l'armée régulière et des forces paramilitaires chiites des Unités de mobilisation populaire, selon le colonel de police.

L'appel du Premier ministre Haider Al-Abadi aux puissantes milices chiites des Hachd al-Chaabi, qui avaient aidé l'armée à reprendre d'autres secteurs à l'EI, a été décidé après que les forces irakiennes ont été critiquées pour avoir abandonné la bataille à Ramadi. Les milices chiites étaient jusque-là tenues à l'écart d'Al-Anbar pour éviter de s'aliéner la population majoritairement sunnite de la province. «En ce moment, les Hachd Al-Chaabi sont le meilleur pari pour Abadi. Je ne pense pas qu'il a plusieurs options», analyse Ayham Kamel, directeur pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord du groupe Eurasia.

Pour les troupes irakiennes, il est important de passer à l'offensive à Ramadi avant que l'EI n'ait le temps, comme il le fait à chaque conquête, de miner la ville en posant partout des bombes, ce qui rendrait leur avancée beaucoup plus risquée. Depuis la prise de Ramadi, au terme de trois ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant