Irak-L'armée s'empare de plusieurs quartiers de Tikrit

le
0

(actualisé avec citation d'Abadi, 2e paragraphe) TIKRIT, Irak, 31 mars (Reuters) - Les forces de sécurité irakiennes ont progressé dans Tikrit, libérant l'ouest et le sud de la ville et atteignant son centre, a déclaré mardi le Premier ministre Haïdar al Abadi. "Nos forces de sécurité ont atteint le centre de Tikrit et libéré les parties sud et ouest, et elles se battent maintenant pour le contrôle total de la ville", a indiqué Abadi dans un communiqué. Les forces irakiennes, appuyées par des miliciens chiites et des combattants de tribus sunnites, ont pris le contrôle du siège de l'administration et du principal hôpital de cette ville à prédominance sunnite, occupée depuis juin dernier par les djihadistes du groupe Etat islamique (EI). Les forces irakiennes contrôlent désormais le siège du gouvernorat et l'hôpital. Elles progressent en direction de l'immense palais présidentiel, qui s'étend sur six kilomètres carrés au bord du Tigre, où venait parfois séjourner l'ex-dictateur Saddam Hussein, natif de la ville. Quarante pour cent de la ville ont été repris à l'EI, à en croire Djassim al Djbara, chef de la commission de sécurité du conseil de la province de Salaheddine, dont Tikrit est le chef-lieu. La progression intervenue mardi s'est faite avec la participation des milices chiites, qui avaient gelé leur engagement dans les opérations jeudi dernier en signe de protestation contre les frappes aériennes de la coalition internationale, sous conduite américaine, lancées dans le secteur de Tikrit à la demande de Haïdar al Abadi. TUNNELS ET BUNKERS Les milices chiites irakiennes, soutenues par l'Iran, estimaient qu'elles étaient en mesure de libérer elles-mêmes Tikrit. Les combats pour le contrôle du centre de la ville ont cependant fait un grand nombre de victimes parmi les forces paramilitaires chiites. Les djihadistes de l'EI ont construit un réseau de bunkers souterrains et de tunnels, et truffé la ville d'explosifs. Les groupes chiites anti-américains Kata'ïb Hezbollah et Assaïb Ahl al-Hak ont dit avoir repris leur participation à l'assaut contre Tikrit car le Premier ministre Abadi, un chiite modéré, a accepté selon eux que cessent les raids aériens américains dans le secteur. Les frappes aériennes menées contre la ville mardi ont été la seule oeuvre de l'armée irakienne, ont déclaré ces milices chiites de même qu'un responsable de la police fédérale. Mais les services du chef du gouvernement ont démenti le compte rendu établi par les milices chiites et déclaré qu'aucun ordre n'avait été donné en ce sens. Les responsables américains déclaraient ne pas avoir non plus connaissance d'une telle suspension des frappes aériennes. (Mahdi Talat; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant