Irak : l'armée réclame le soutien de la coalition pour prendre Tikrit à Daech

le
0
Irak : l'armée réclame le soutien de la coalition pour prendre Tikrit à Daech
Irak : l'armée réclame le soutien de la coalition pour prendre Tikrit à Daech

Les forces irakiennes avançaient dimanche prudemment dans Tikrit, truffée de bombes par les jihadistes du groupe Etat islamique. «La progression est lente mais constante», indiquait le général Abdelwahab al-Saadi, l'un des principaux commandants de l'offensive lancée le 2 mars pour reprendre cette ville située à 160 km au nord de Bagdad, aux mains de l'EI depuis neuf mois. «Nous faisons preuve de prudence pour ne pas subir de pertes inutiles», a-t-il déclaré depuis l'Université de Tikrit, à la limite nord de la ville. Le général irakien faisait allusion aux francs-tireurs positionnés par l'EI et aux milliers de bombes disséminés dans la ville par les jihadistes.

Déplorant l'aide «limitée» de l'aviation irakienne, pas toujours suffisamment précise, il a appelé à un appui aérien de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis pour déloger les derniers jihadistes à Tikrit. Alors qu'on lui demandait si de tels raids aideraient les forces irakiennes dans la bataille, il a répondu : «Bien sûr (...) Les Américains ont des équipements perfectionnés, ils ont des appareils AWACS (NDLR. de surveillance aérienne). Ils sont capables de localiser exactement les cibles». D'après lui, cette absence des avions de la coalition dans le ciel de Tikrit est «politique», liée au fait que l'Iran chiite est très impliqué dans l'offensive en cours sur la ville, avec la présence très remarquée du général Ghassem Souleimani, ce qui indispose à Washington.

L'offensive de Tikrit, impliquant des milliers de soldats, policiers, miliciens chiites et combattants tribaux sunnites, est la plus ambitieuse à ce jour. Sécuriser le contrôle de cette ville est indispensable pour les forces irakiennes avant de se tourner vers la deuxième ville du pays, plus au nord, Mossoul, principal bastion de l'EI en Irak. Samedi, un porte-parole des Unités de mobilisation populaire, groupe composé essentiellement de miliciens chiites, a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant