Irak : l'armée progresse «plus vite» que prévu sur Mossoul, selon le Premier ministre

le
0
Irak : l'armée progresse «plus vite» que prévu sur Mossoul, selon le Premier ministre
Irak : l'armée progresse «plus vite» que prévu sur Mossoul, selon le Premier ministre

Les forces irakiennes engagées dans la reprise de la ville de Mossoul au groupe Etat islamique avancent «plus vite que prévu», a déclaré le Premier ministre irakien Haider al-Abadi ce jeudi. Les forces irakiennes «avancent plus vite que ce que nous avions escompté et programmé» vers Mossoul, a dit le Premier ministre irakien en duplex depuis Bagdad par vidéoconférence, à l'ouverture à Paris d'une réunion de haut niveau sur l'avenir politique de la deuxième ville irakienne.

 

Cette réunion, ouverte par le président français François Hollande, rassemble une vingtaine de pays et organisations, dont les Etats-Unis, la Turquie, l'Iran, les pays du Golfe et les Européens. Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault et son homologue irakien Ibrahim al-Jaafari coprésideront les discussions. La réunion se tient quelques jours avant une rencontre, également à Paris, des principaux ministres de la Défense de la coalition internationale engagée contre l'EI afin de faire le point sur la bataille de Mossoul.

 

Protection des populations

 

Les forces irakiennes ont lancé dans la nuit de dimanche à lundi une offensive pour reprendre Mossoul, deuxième ville du pays, aux mains de l'EI depuis juin 2014. François Hollande a mis en garde contre la fuite de djihadistes de Mossoul vers Raqa, en Syrie, lors de l'offensive appuyée par la coalition internationale contre le dernier bastion de l'EI en Irak. «Nous devons être exemplaires sur le plan de la poursuite des terroristes qui déjà quittent Mossoul pour rejoindre Raqa», «nous ne pouvons admettre une évaporation de ceux qui étaient à Mossoul» a averti François Hollande.

 

«Tout doit être mis en oeuvre pour assurer la protection des populations civiles, aujourd'hui exposées en zones de combat et utilisées comme boucliers humains par Daech. Nous devons agir avec l'autorisation expresse du gouvernement irakien et dans le plein respect des droits ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant