Irak-L'armée consolide ses positions à Ramadi avant l'assaut final

le
0
    BAGDAD, 25 décembre (Reuters) - Les troupes irakiennes qui 
ont réussi à pénétrer à l'intérieur de Ramadi, chef-lieu de la 
province d'Anbar conquis en mai dernier par les djihadistes de 
l'Etat islamique (EI), ont consolidé leurs positions, vendredi, 
en l'attente d'un assaut final qui les rendra maîtres de la 
totalité de la ville. 
    Les unités engagées dans la reconquête de la ville 
continuent de dégager les rues et les maisons des engins 
explosifs, dans les quartiers qu'ils ont repris depuis le 
lancement mardi de leur opération, a rapporté la télévision 
nationale irakienne. 
    La prise de Ramadi, à une centaine de kilomètres à l'ouest 
de Bagdad, conforterait l'armée irakienne qui aspire à reprendre 
aussi Mossoul, deuxième plus grande ville du pays, qui est, dans 
le nord de l'Irak, sous la coupe du groupe Etat islamique depuis 
juin 2014. 
    Les djihadistes de l'EI sont toujours retranchés dans le 
centre de Ramadi, aux abords du complexe administratif, leur 
dernier bastion dans la ville. Mercredi, de hauts gradés de 
l'armée déclaraient que la bataille de Ramadi pourrait durer 
plusieurs jours encore. 
    Le fait que des civils vivent toujours dans les zones sous 
le contrôle des djihadistes ralentit la progression de l'armée 
dans Ramadi. Selon le ministre irakien des Affaires étrangères, 
Ibrahim al Djaafari, l'EI utilise des civils comme boucliers 
humains. 
    "Cela complique les choses, mais ça ne changera rien au 
résultat; la progression va continuer. Il faudra simplement 
davantage de temps", a-t-il dit à Reuters au Caire. 
    La télévision nationale irakienne a montré vendredi des 
piles de caisses de munitions, des obus de mortier et des bidons 
bourrés d'explosifs retrouvés à l'intérieur de maisons de 
Ramadi. Citant un communiqué de l'armée, la télévision a indiqué 
que les soldats achevaient de sécuriser le quartier de Haï al 
Dhoubbat, repris mardi. 
    L'objectif ultime des autorités de Bagdad est la prise de 
Mossoul, qui priverait l'EI du plus grand centre de population 
sous sa coupe en Irak et en Syrie et le couperait aussi d'une 
source importante de fonds, ce qui réduirait son influence. 
    "La libération de Mossoul interviendra grâce à la 
coopération et l'union de l'ensemble des Irakiens, après la 
victoire de Ramadi", a déclaré le Premier ministre irakien, 
Haïdar al Abadi, dans un communiqué diffusé vendredi sur le site 
internet de l'audiovisuel public. 
    Le grand ayatollah Ali al Sistani, haut dignitaire chiite 
d'Irak, a appelé le gouvernement de Bagdad à faire de la lutte 
contre l'EI sunnite sa priorité numéro un, a déclaré l'un de ses 
représentants, Ahmed al Safi, dans un sermon prononcé à Kerbala, 
ville sainte chiite au sud de Bagdad. 
 
 (Saif Hameed; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant