Irak, Gaza, Ukraine : Juppé dénonce «l'effacement honteux» de la France

le
0
Irak, Gaza, Ukraine : Juppé dénonce «l'effacement honteux» de la France
Irak, Gaza, Ukraine : Juppé dénonce «l'effacement honteux» de la France

Conflit à Gaza, progression jihadiste en Irak, crise ukrainienne... Alain Juppé se révolte ce vendredi contre l'inaction de la France et de l'Europe dans ces crises internationales actuelles. Dans une tribune intitulée «Indignons-nous!» publiée sur son blog, l'ex-Premier ministre (1995-97) et ancien ministre des Affaires étrangères de Sarkozy, tacle en effet l'effacement «honteux» de la France et de l'Europe sur la scène internationale. Alain Juppé épingle «le manque d'action» de ces deux acteurs sur ces deux dossiers internationaux.

«Incapables de la moindre initiative»

«Après les rebuffades allemandes aux déclarations, apparemment improvisées, du président Hollande, après les hésitations et contradictions de notre diplomatie dans la crise ukrainienne (qui sont aussi celles de l'Union européenne), voici que nous nous montrons incapables de la moindre initiative face aux deux immenses tragédies qui se déroulent sous nos yeux au Proche-Orient», dénonce le maire de Bordeaux.

Concernant cette dernière région, Alain Juppé évoque d'une part la «folie du fanatisme jihadiste» en Irak et en Syrie et, en conséquence, le «génocide des chrétiens d'Orient». Selon les représentants religieux, la montée du groupe de l'Etat islamique en Irak a effectivement poussé 100.000 chrétiens à l'exil. Dans un second temps, l'édile UMP se dit préoccupé par «l'impasse entre le Hamas et Israël». La guerre qui oppose Tel Aviv à la mouvance islamiste contrôlant la bande de Gaza a conduit à la mort de plus de'00 Palestiniens et de 64 soldats et trois civils israéliens. Et, ce vendredi, après trois jours de trêve, les hostilités reprennent. 

«La France doit faire entendre plus fort sa voix»

Alain Juppé insiste : «Je sais, par expérience, combien ces crises sont complexes et combien sont minces les possibilités d'action des démocraties. Mais si ténues soient-elles, nous ne devons en laisser ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant