Irak : des enfants torturés ou utilisés comme kamikazes, selon l'ONU

le
0
Irak : des enfants torturés ou utilisés comme kamikazes, selon l'ONU
Irak : des enfants torturés ou utilisés comme kamikazes, selon l'ONU

Des pratiques insoutenables, barbares. L'ONU a dénoncé mercredi le recrutement en Irak par des «groupes armés», en particulier par l'organisation Etat islamique (EI), d'«un grand nombre d'enfants», y compris handicapés, pour en faire des esclaves, des combattants, des kamikazes et des boucliers humains. C'est «un énorme problème», a asséné devant des journalistes à Genève Renate Winter, l'un des dix-huit experts indépendants membres du Comité des droits de l'enfant des Nations unies. 

Charger de s'assurer que les Etats respectent la mise en oeuvre des traités internationaux relatifs aux droits des mineurs, le Comité a rendu un rapport sur la situation des enfants en Irak. Les scènes vues au fil des mois, depuis que l'organisation jihadiste a imposé un califat à cheval sur l'Irak et la Syrie, ne seraient donc pas anecdotiques : des jeunes femmes entravées vendues au marché, des enfants en armes prêts à vaincre un ennemi dont ils ne savent rien, ou cette petite fille de 7 ans, terrifiée parce son futur mari se rengorge à ses côtés. 

Le CRC dénonce «l'assassinat systématique d'enfants appartenant à des minorités religieuses ou ethniques par des membres de l'organisation de l'Etat islamique, y compris plusieurs cas d'exécutions de masse de garçons, ainsi que des décapitations, des crucifixions et des ensevelissements d'enfants vivants».

Des violences sexuelles systématiques

«Nous sommes vraiment très préoccupés par la torture et le meurtre de ces enfants, en particulier ceux qui appartiennent à des minorités (Ndlr : yazidis ou chrétiens), mais pas seulement. (...) Des enfants (sont) utilisés comme kamikazes, y compris des enfants handicapés ou ceux qui ont été vendus à des groupes armés par leurs familles», soulignent les auteurs du rapport. Ils expliquent aussi comment certains mineurs ont été transformés en «boucliers humains» pour protéger des installations de l'EI des frappes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant