Irak : des drones US au-dessus de Bagdad

le
0
Irak : des drones US au-dessus de Bagdad
Irak : des drones US au-dessus de Bagdad

Des drones américains armés de missiles survolent Bagdad, alors que l'Irak est au bord de l'implosion depuis le lancement de l'offensive fulgurante des jihadistes, auxquels l'armée tente avec peine de reprendre des positions, notamment la cité clé de Tikrit, ancien fief de Saddam Hussein.

Le secrétaire d'Etat John Kerry a quitté la région vendredi en fin d'après-midi, après une tournée consacrée à la crise irakienne qu'il a conclue en Arabie Saoudite, où il a notamment discuté de la menace que représentent les jihadistes «pour tous les pays de la région», selon un haut responsable du département d'Etat.

Malgré leur inquiétude de voir la situation irakienne faire tâche d'huile, et les demandes de Bagdad, les Etats-Unis refusent pour l'instant tout envoi de troupes. Ils ont en revanche envoyé plusieurs drones survoler la capitale irakienne, uniquement chargé de «protéger» le cas échéant les militaires et diplomates américains présents, a indique un diplomate américain. Mais le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a diffusé un communiqué sur son site internet affirmant que Bagdad était «à l'abri» des assauts des insurgés.

Des frappes américaines contre les insurgés sunnites de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) sont exclues à ce stade, sauf pour défendre des Américains en danger, notamment car des frappes à vocation offensive nécessitent une autorisation du président Barack Obama.

Bientôt un gouvernement de rassemblement?

Partisan de la première heure d'une solution militaire,  le Premier ministre semble céder aux multiples appels de la communauté internationale à la formation d'un gouvernement rassemblant toutes les forces politiques et les communautés: il a déclaré qu'une solution politique était désormais nécessaire pour sortir le pays de la crise.

Le Parlement issu des élections d'avril se prépare donc à se réunir le 1er juillet pour déclencher le processus de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant