Irak : Daech revendique le contrôle de Ramadi, Washington ne confirme pas

le , mis à jour à 00:33
0
Irak : Daech revendique le contrôle de Ramadi, Washington ne confirme pas
Irak : Daech revendique le contrôle de Ramadi, Washington ne confirme pas

Cela pourrait être un important revers pour les forces gouvernementales irakiennes. Le groupe jihadiste Daech a affirmé dimanche avoir pris le contrôle total de la ville de Ramadi, la capitale de la province d'Al-Anbar à une centaine de kilomètres à l'ouest de Bagdad. Si cela est avéré, il s'agirait de la plus importante victoire cette année en Irak du groupe extrémiste sunnite qui dirige déjà la province de Ninive.

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, qui avait fait de la défense de Ramadi sa priorité, a ordonné dimanche à ses troupes de «tenir leurs positions». Les Etats-Unis, engagés dans cette guerre contre Daech, ne confirment pas la prise de Ramadi. La situation reste «mouvante et disputée», des combats se poursuivant dans cette ville irakienne stratégique, a indiqué dimanche le Pentagone.

Daech, qui avait lancé jeudi une nouvelle offensive sur Ramadi avec une vague d'attentats suicide, a revendiqué cette victoire sur des forums jihadistes. «Dieu a permis aux soldats du califat de nettoyer toute la ville de Ramadi», écrit un jihadiste ajoutant : «Ils la contrôlent, avec les bataillons de chars et de lanceurs de missiles s'y trouvant, ainsi que le centre de commandement des opérations (de la province d'Al-)Anbar.» «Des dizaines (de membres de forces pro-gouvernementales) ont été tués et des centaines de rénégats ont fui», s'est-il félicité, en faisant référence par le terme «renégats» aux combattants des tribus sunnites alliées au gouvernement.

Peu avant, le porte-parole et conseiller du gouverneur de la province, Mouhannad Haimour, avait annoncé la perte du centre de commandement des forces de sécurité à Ramadi. Il a fait également part de la mort de 500 civils ou membres des forces de sécurité en deux jours.

Le Premier ministre annonce des renforts

Face à cette situation, le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a ordonné dimanche aux soldats, à leurs alliés des tribus et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant