Irak-Barzani pour un référendum d'indépendance du Kurdistan

le
0
 (actualisé avec citations, contexte) 
    ERBIL, Irak, 3 février (Reuters) - Un référendum sur 
l'indépendance devrait être organisé à titre indicatif au 
Kurdistan irakien malgré les difficultés actuelles, a estimé 
mardi son président, Massoud Barzani. 
    "Le temps est venu et la situation est maintenant favorable 
pour que le peuple kurde prenne par référendum une décision sur 
son sort", a déclaré Massoud Barzani dans un communiqué publié 
sur son site internet. 
    "Ce référendum ne signifie pas proclamer un Etat, mais 
plutôt permettrait de connaître l'opinion du peuple kurde sur 
l'indépendance et, pour les dirigeants politiques, cela 
permettrait d'exécuter la volonté du peuple le moment venu", a 
poursuivi le président. 
    "Si le peuple du Kurdistan attend que quelqu'un d'autre 
présente le droit d'autodétermination comme un présent, 
l'indépendance ne sera jamais obtenue. Ce droit existe et le 
peuple du Kurdistan doit le réclamer et le mettre en oeuvre."  
    "De la même façon que l'Ecosse, la Catalogne, le Québec et 
d'autres régions ont le droit d'exprimer leurs aspirations sur 
leur destinée, le Kurdistan est habilité à se prononcer, et cela 
n'est pas négociable", a continué Massoud Barzani. 
    Le chaos provoqué depuis juin 2014 par le passage de 
nombreuses régions d'Irak sous le contrôle du groupe djihadiste 
Etat islamique (EI) a donné aux Kurdes l'occasion d'aller plus 
loin vers leur vieux rêve d'indépendance. Alors que l'offensive 
de l'EI était en cours, en juin 2014, les Kurdes ont pris le 
contrôle de la ville pétrolifère de Kirkouk, habitée par 
diverses communautés mais revendiquée comme leur par les Kurdes. 
    Ces dernières années, les Kurdes d'Irak ont cherché à 
étendre au maximum le champ de leur autonomie, en construisant 
leur propre oléoduc vers la Turquie et en exportant du pétrole 
sans rendre de comptes au pouvoir central de Bagdad, avec lequel 
les relations se sont tendues sur les questions du partage des 
revenus et des prérogatives. 
    La chute des cours du pétrole survenue ces derniers mois a 
aggravé les problèmes économiques du Kurdistan, acculant la 
région au bord de la banqueroute. 
 
 (Isabel Coles; Danielle Rouquié et Eric Faye pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant