Irak : Barack Obama exclut l'envoi de troupes au sol

le
0
Irak : Barack Obama exclut l'envoi de troupes au sol
Irak : Barack Obama exclut l'envoi de troupes au sol

Le mot d'ordre : attendre. Barack Obama s'est exprimé ce vendredi sur la progression du groupe terroriste de L'Etat islamique en Irak et au Levant et une éventuelle intervention des Etats-Unis dans le conflit irakien. Le président américain s'est montré clair : aucune intervention des troupes sur le sol irakien n'est prévue, même s'il n'exclut pas «d'autres options». Pendant ce temps, les jihadistes continuent leur percée en Irak, s'approchant dangereusement de la capitale, Bagdad. 

Obama : «Nous examinons d'autres options»

Aucune troupe au sol, mais d'autres options en cours envisagées. Le président américain a assuré que des perspectives seraient examinées dans les jours à venir. «J'ai demandé à mon équipe de conseillers de sécurité nationale de préparer un éventail d'options pour soutenir les forces de sécurité irakiennes», a détaillé Obama. Le chef d'Etat américain a interpellé les autorités irakiennes : «Sans effort politique, toute action militaire sera vouée à l'échec», a insité Barack Obama. «Les responsables irakiens doivent mettre de côté leurs différends religieux». Rappelant que la montée des jihadistes était un «problème régional qui se résoudra sur le long terme», Obama a estimé qu'il s'agissait tout de même d'un «défi international pour construire une région pacifique où des communautés se sont toujours affrontées». 

Abu Bakr al Baghdadi, relâché par les américains en 2009

Sa tête est mise à prix à 10 millions de dollars. Le mystérieux chef de l'Etat islamique en Irak et au Levant, Abou Bakr al-Baghdadi, est l'un des hommes le plus recherchés par le FBI. Le jihadiste de 43 ans, né sous le nom d'Ibrahim Ali al-Badri et également connu sous le nom d'Abu Duaa, a déjà toutefois été aux mains des américains. Selon le Télégraph, le jihadiste aurait été arrêté en 2005 pour être transféré au camp américain de Bucca, avant d'être relâché en 2009 pour des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant