Irak : attaque des jihadistes près de Bagdad, Washington s'inquiète

le
0
Irak : attaque des jihadistes près de Bagdad, Washington s'inquiète
Irak : attaque des jihadistes près de Bagdad, Washington s'inquiète

l'Irak s'enfonce chaque jour un peu plus dans le chaos. Les jihadistes ont tenté de s'emparer d'une ville à 60 km de Bagdad, une semaine après le début de leur offensive par le nord du pays. La violence gagne du terrain et les atrocités aussi. L'envoyé spécial de l'ONU à Bagdad, Nickolay Mladenov, a jugé dans un entretien à l'AFP que l'offensive jihadiste, lancée le 9 juin, constituait «une menace vitale pour l'Irak» ainsi qu'«un grave danger pour la région».

En une semaine, les combattants de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui bénéficient du soutien de partisans du régime déchu de Saddam Hussein, ont pris le contrôle de la deuxième ville irakienne, Mossoul, d'une grande partie de sa province Ninive (nord), de Tikrit et d'autres secteurs des provinces de Salaheddine, Diyala (est) et Kirkouk (nord). Et ils s'apprêtent à s'infiltrer dans Bagdad. Dans la nuit de lundi à mardi, ils ont «lancé une attaque à l'arme automatique» contre Baqouba, à 60 km au nord-est de la capitale. Mais les forces de sécurité sont parvenues à les repousser, a indiqué le général Abdelamir Mohamed Reda.

18 membres des forces irakiennes retrouvés morts

A l'est de Samarra (110 km au nord de Bagdad), la police irakienne a, par ailleurs, annoncé avoir découvert les corps de 18 membres des forces irakiennes. Les victimes portaient des impacts de balles à la tête et à la poitrine, mais on ignorait si elles ont été exécutées ou tuées dans des affrontements.

Alors que l'EIIL a été rejeté en Syrie par les autres groupes rebelles en raison de ses exactions, notamment contre les civils, il avait récemment assuré via des tweets avoir massacré 1 700 chiites membres des forces de l'armée de l'air. Mais difficile de vérifier ces affirmations de manière indépendante.

Sur un autre front, à une centaine de kilomètres de la frontière avec la Syrie, les jihadistes se sont emparés de la plus grande partie de Tal Afar (380 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant