Irak : à Mossoul, les djihadistes français dans le collimateur

le , mis à jour à 07:59
4
Irak : à Mossoul, les djihadistes français dans le collimateur
Irak : à Mossoul, les djihadistes français dans le collimateur

Ils seront treize autour de la table. Avec Jean-Yves Le Drian et de son homologue américain Ashton Carter, les ministres de la Défense des pays membres de la coalition anti-Daech vont se réunir aujourd'hui à Paris pour faire le point sur l'offensive sur Mossoul (Irak). Menée par les forces irakiennes, cette bataille est appuyée par la coalition internationale. La reprise de la capitale irakienne du groupe terroriste Etat islamique (EI), tombée entre leurs mains en juin 2014, sera au cœur des échanges. Ainsi que les différents scénarios envisageables pendant et après la reprise de cette ville, la deuxième d'Irak par la population.

 

Parmi les sujets évoqués, un épineux dossier. Celui du sort des combattants étrangers, et notamment des djihadistes français. Quel statut leur réserver ? Quel sort pour ceux qui ont rallié la bannière noire de Daech ?

 

S'ils sont capturés, seront-ils extradés ?

 

Une question soulevée alors qu'une bataille aussi âpre que longue s'annonce dans cette ville soumise à l'offensive de la coalition. D'autant que plusieurs centaines de djihadistes étrangers sont venus en renfort de Syrie ces derniers jours pour épauler les troupes de l'Etat islamique à Mossoul. « Il y a donc la possibilité d'un scénario où Daech tente de résister le plus possible », indique l'entourage du ministre français de la Défense.

 

Les services occidentaux estiment à entre 5 000 et 6 000 le nombre de combattants de l'Etat islamique dans cette ville. Environ 250 Français s'y trouveraient (combattants, femmes et enfants). Et au ministère de la Défense, on s'interroge déjà sur leur sort et sur la manière dont leurs cas seront traités. Que faire de ceux qui seraient faits prisonniers ? Pour l'heure, il n'y a pas de convention juridique entre la France et l'Irak. Quant à ceux qui se rendraient (ce qui semble peu vraisemblable, Daech n'ayant pas de pitié pour les déserteurs), seront-ils extradés ? ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 il y a un mois

    sauf pour les enfants, le traitement russe me convient tout à fait.

  • jean3599 il y a un mois

    Demander aux Russes ce qu'ils en font.

  • M1765517 il y a un mois

    nos politiques ont vraiment l'esprit complicatif ! œil pour œil, choisis ton camps et que le meilleur gagne !

  • brinon1 il y a un mois

    la question semblerait "facile" à régler.....