Irak : 470 corps de soldats exhumés à Tikrit après le départ de Daech

le
0
Irak : 470 corps de soldats exhumés à Tikrit après le départ de Daech
Irak : 470 corps de soldats exhumés à Tikrit après le départ de Daech

Près de 500 corps ont été exhumés dans les fosses communes de Tikrit où Daech est accusé d'avoir massacré des centaines de recrues de l'armée, essentiellement chiites, au début de son offensive il y a près d'un an. Près de deux mois après avoir repris cette ville, les autorités ont annoncé jeudi que les corps avaient été découverts dans quatre fosses communes dans les environs de cette ville située au nord de Bagdad, bastion de l'ex-président Saddam Hussein.

«Nous avons exhumé les corps de 470 martyrs de Speicher», a déclaré devant la presse la ministre de la Santé, Adila Hammoud, en précisant que ce chiffre n'était pas définitif car «les fouilles continuent». En juin 2014, des hommes armés appartenant ou liés au groupe ultraradical sunnite avaient enlevé des centaines de jeunes recrues rassemblées dans le camp militaire de Speicher, à la limite nord de Tikrit. Ils les avaient ensuite exécutés un par un, selon des images de propagande diffusées par Daech qui avaient provoqué l'effroi et la colère au sein de la communauté chiite.

Ces images, couplées à l'appel de l'ayatollah Ali al-Sistani, plus haute autorité chiite en Irak, avaient grandement contribué à la mobilisation des milices chiites auprès des forces gouvernementales contre les jihadistes. Certains corps avaient été jetés dans le fleuve Tigre, qui traverse Tikrit, tandis que la plupart étaient enterrés dans des fosses communes aux alentours.

Les 470 dépouilles répertoriées «ont été exhumées sur quatre sites, dont l'un contenait 400 corps», a indiqué Ziad Ali Abbas, médecin en chef de la principale morgue de Bagdad. Selon les estimations, le «massacre de Speicher» aurait fait jusqu'à 1.700 morts, ce qui en fait l'un des actes les plus atroces commis par l'EI, un groupe accusé de crimes contre l'Humanité et responsable d'exactions dans les régions sous son contrôle en Irak et en Syrie voisine.

Un lieu de pèlerinage

Sous la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant