Irak : 40 morts en une journée à Bagdad

le
0
Irak : 40 morts en une journée à Bagdad
Irak : 40 morts en une journée à Bagdad

Au moins 40 personnes ont été tuées, mercredi, dans de nouvelles violences en Irak. Trente-cinq personnes ont péri dans un attentat contre un marché du sud de Bagdad, ont annoncé des responsables. «Deux bombes ont explosé dans un marché de Dora, tuant 35 personnes et en blessant 56», a indiqué Saad Maan, le porte-parole du ministère, qui a insisté sur le fait que le marché était visé, et non une église.

Des premières informations de sources sécuritaires avaient indiqué qu'une église, à proximité, avait été la cible de l'attaque. «La zone visée est une zone où cohabitent musulmans et chrétiens», le responsable irakien. Le patriarche chaldéen, Louis-Raphaël Sako, a affirmé que l'attaque «visait un lieu pauvre près de l'église à Dora».

Depuis des mois, les attentats visent souvent des lieux fréquentés en Irak, comme des marchés, des cafés et des mosquées, pour faire le plus grand nombre possible de victimes. Outre la guerre que mènent chiites et sunnites, plusieurs églises avaient été également visées par les violences. Les attentats «dénaturent l'image de l'islam et de la religion, s'ils sont faits au nom de la religion», avait réagi Monseigneur Pios Cacha, de l'église Saint-Joseph de Bagdad. «L'Eglise est un lieu d'amour et de paix, qui n'est pas fait pour la guerre».

Les chrétiens de moins en moins nombreux en Irak

Mgr Cacha avait déclaré cette année que les chrétiens «suivraient peut-être les pas de leurs frères juifs», en référence à cette communauté désormais quasiment absente d'Irak. La population chrétienne dans le pays a déjà fondu de plus de moitié depuis l'invasion américaine de 2003 et les années de violences confessionnelles qui ont suivi. Selon les estimations, de 1 à 1,5 million de chrétiens vivaient en Irak avant 2003. Il n'en reste aujourd'hui que moins de 500 000.

L'invasion américaine a mis fin au règne de Saddam Hussein, mais ouvert un chapitre sanglant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant