Irak : 24 personnes condamnées à la pendaison pour un massacre à Tikrit

le
0
Irak : 24 personnes condamnées à la pendaison pour un massacre à Tikrit
Irak : 24 personnes condamnées à la pendaison pour un massacre à Tikrit

Un tribunal irakien a condamné à la peine de mort par pendaison ce mercredi 24 personnes. Elles étaient jugées pour le massacre il y a un an par des jihadistes et leurs alliés de centaines de recrues, en majorité chiites, à Tikrit, au nord de Bagdad.

La cour criminelle centrale a prononcé la peine de mort pour 24 des 28 accusés pour «le massacre de Speicher», du nom de la base militaire où les victimes avaient été enlevées en juin 2014 avant d'être exécutées. 

Des aveux obtenus sous la torture ?

Les 24 hommes, qui ont la possibilité de faire appel, ont nié toute implication dans le massacre, commis aux premiers jours de l'offensive fulgurante de l'EI en Irak. Les accusés ont été conduits dans la salle d'audience les yeux bandés, menottes aux mains et chaînes aux pieds et les débats ont été conduits de façon expéditive. Des proches des victimes ont été entendus par le tribunal, demandant à ce que les auteurs du massacre soient punis.

Un avocat de la défense, nommé par la cour, est intervenu rapidement pour réclamer la clémence. Mais il n'est pas parvenu à démonter les preuves de l'accusation, consistant essentiellement en des «aveux» des accusés qui ont affirmé qu'ils avaient été obtenus sous la torture.

Un procès expédié

«La rapidité de ce procès suscite de nombreux doutes», estime Cristoph Wilcke, de l'ONG Human Rights Watch. L'examen d'un tel massacre nécessite des procédures «détaillées, transparentes et justes». «Il est clair que ce procès n'a pas respecté ces standards»,

Le 11 juin 2014, des hommes armés appartenant ou liés à l'EI avaient enlevé des centaines de recrues rassemblées à Speicher, situé à la limite nord de Tikrit. Ils les avaient ensuite exécutés un par un, selon des images de propagande diffusées par l'EI qui avaient provoqué l'effroi et la colère au sein de la communauté chiite.

Certains corps avaient été jetés dans le fleuve Tigre, qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant