Ipsen : la médecine générale ne se laisse pas encore abattre

le
0
Deux médicaments phares, le Smecta et le Tanakan échappent, pour l'instant, au danger de la copie par un génériqueur et au risque du déremboursement.

Curieusement, c'est grâce à ses activités de médecine générale qu'Ipsen devrait afficher, en 2011, des performances meilleures que prévu. Alors que son président, Marc de Garidel, tablait sur une chute de 8% à 10% des ventes de médicaments tels que le Smecta (antidiarrhéique) ou le Tanakan (vasodilatateur), la baisse sera limitée à 3% ou 5%. «Au début de l'année, nous étions particulièrement inquiets sur le déremboursement du Tanakan et la perspective de l'arrivée d'un générique du Smecta. Or, sur ces six premiers mois, ces deux faits ne se sont pas avérés», a expliqué le patron du laboratoire français ce mardi, en commentant les résultats du premier semestre.

Contrairement aux prévisions, le chiffre d'affaire de la branche est loin des 8,2% de croissance affichés par le pôle médecine de spécialité (Somatuline, Dysport ) mais il est resté stable. Le recul observé en France a été compensé par un envol des ventes de plus de 10% à l'international.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant