Investissements technologiques: continuer à danser ou anticiper la fin de la fête?

le
0
Investissements technologiques: continuer à danser ou anticiper la fin de la fête?
Investissements technologiques: continuer à danser ou anticiper la fin de la fête?

Les espoirs de forte croissance continuent d'attirer les investisseurs spécialisés dans le capital-risque vers le secteur technologique, mais certains commencent à tempérer leur optimisme face à l'envol sans précédent des valorisations."Nous essayons d'être plus disciplinés dans les paris que nous faisons", expliquait ainsi Byron Deeter, un partenaire du fonds Bessemer Ventures qui a notamment investi dans des startups comme Pinterest, cette semaine lors d'un débat à la Fortune Brainstorm Tech Conference à Aspen, dans le Colorado.L'argent afflue actuellement à un rythme effréné pour les startups non cotées du secteur. La société de recherche Mattermark évaluait ces financements de capital-risque pour des sociétés américaines à 17,1 milliards de dollars au deuxième trimestre, après 15,65 milliards sur les trois mois précédents.Le débat sur une possible bulle est aussi alimenté par la multiplication des "licornes", les startups non cotées valorisées à plus d'un milliard de dollars (et même pour certaines bien au-delà). La société de recherche CB Insight en compte aujourd'hui 188 dans le monde, affichant une valorisation collective de 447 milliards de dollars. "Les investissements les meilleurs et les plus enthousiasmants sont ceux qui semblent les plus inconfortables, les plus surévalués", argumente Bill Maris chez Google Ventures, qui a notamment investi dans l'une des plus grosses licornes, le service de réservation de voitures avec chauffeur Uber émargeant à plus de 40 milliards de dollars."Cela fonctionne jusqu'ici, mais quand la musique s'arrêtera (les investisseurs) se retireront à la vitesse de l'éclair", prévient Byron Deeter. - Plus dure la chute - Quinze ans après l'explosion de la bulle internet qui avait dévasté le secteur, un nouveau désastre est-il en préparation?"Les gens comparent 2015 à la dernière bulle, mais ils perdent de vue le fait qu'il n'y avait pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant