Investissements publics : Royal s'en prend encore au directeur de la BPI

le
39
Investissements publics : Royal s'en prend encore au directeur de la BPI
Investissements publics : Royal s'en prend encore au directeur de la BPI

Sans jamais le citer Ségolène Royal cible une nouvelle fois le directeur général de la Banque Publique d'Investissement (BPI), dont elle est elle-même vice-présidente. Dans une interview à «Libération», la présidente socialiste de la région Poitou-Charentes donne sa vision de ce que doit être la BPI tout en marquant son territoire.

«Il n'y a que des bons investissements pour la BPI, pas du business ! Faire du business sous-entendrait qu'on ferait le tri entre ce qui est juteux et ce qui ne l'est pas. Ce n'est pas notre philosophie», entame-t-elle. Manière d'insister d'emblée sur un point qui l'avait déjà opposée au directeur général Nicolas Dufourcq. «La BPI est une banque patiente qui n'attend pas de retour sur investissement immédiat, ou alors seulement pour le réinvestir dans l'outil productif», martèle sa vice-présidente.

Ségolène Royal avait qualifié mi-avril de «grave dérapage» les déclarations du DG sur le sauvetage de Petroplus ou des hauts-fourneaux de Florange qui n'aurait pas représenté «un bon business». «Il est détestable de parler avec morgue de canards boiteux pour désigner des entreprises et des salariés qui souffrent», redit-elle ce mardi. Voilà pour Jean-Pierre Jouyet. Le président de la BPI avait provoqué un tollé en employant cette expression en octobre.

«Dans une banque, le directeur général obéit au conseil d'administration»

La BPI défendue par Royal est un établissement «offensif» et «sobre». «Le problème c'est qu'à travers certaines prises de parole, on a voulu décrédibiliser la présence des élus locaux au sein de la BPI», poursuit-elle sybilline. Quelques lignes après, la voilà plus claire : «Dans une banque, le directeur général obéit au conseil d'administration et cela ne doit pas être un numéro d'opérette.»

Ultime pique implicite à Nicolas Dufourcq ? Ségolène Royal conclut cet entretien en relevant que la Banque publique...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • laeti453 le mercredi 8 mai 2013 à 20:41

    Ah les bons fromages que voila!

  • m.girot le mercredi 8 mai 2013 à 20:39

    B P I = Bureau of Political Ingerence

  • devcor le mercredi 8 mai 2013 à 18:53

    Il est vrai que cette spécialiste a fait preuve d'une grande perspicacité en demandant au contribuable de payer l'investissement dans Heuliez. Cela l'autorise à critiquer les autres.

  • fquiroga le mercredi 8 mai 2013 à 17:26

    Elle même pistonnée, prépare le terrain pour "investir" dans les boites pourries de ses copains (ou copains des copains)...

  • M5974497 le mercredi 8 mai 2013 à 16:10

    RAZ le BOL de cette politicienne qui a été battu récemment et qui s'accroche parce qu'elle est persuadée être irremplaçable : j'espère qu'aux élections régionales elle revienne dans le rang mais c'est déjà lui faire honneur de dire çà!

  • M1531771 le mercredi 8 mai 2013 à 13:46

    Mais qu'elle se taise celle là !

  • sarestal le mercredi 8 mai 2013 à 12:59

    Pitié, pas elle !

  • M3435004 le mercredi 8 mai 2013 à 11:36

    Encore quelques milliards qui vont partir en fumée, dans les couacs et la cacophonie pour arroser les copains et les canards boiteux. Ces socialistes sont des K 0 N A R D S ! Il FAUT les F0UTRE A LA PORTE.

  • M898407 le mercredi 8 mai 2013 à 11:09

    Faites la taire, au propre comme au figuré, tous les moyens sont autorisés....

  • miez1804 le mercredi 8 mai 2013 à 10:17

    Encore un signe d'incapacité manifeste des nos socialos, les investissements se fontpour créer la richesse (et par la meme occasion de l'epmloi), mais c'est tropdifficile a comprendre pour nos socialo-bobo!