Investissements étrangers : la France se dote d'un droit de veto

le
6
Investissements étrangers : la France se dote d'un droit de veto
Investissements étrangers : la France se dote d'un droit de veto

La France a étendu le mécanisme lui permettant de protéger ses entreprises stratégiques d'appétits étrangers en soumettant au feu vert du gouvernement les investissements dans les domaines de l'énergie, des transports, de l'eau, de la santé et des télécoms, via un décret qui devrait être publié ce jeudi au Journal officiel.

Ce décret pourrait permettre au gouvernement de bloquer les visées de General Electric ou Siemens sur le fleuron industriel français Alstom. Il devrait entrer en application vendredi, a indiqué à l'AFP l'entourage du ministre de l'Economie Arnaud Montebourg.

En fait, le gouvernement aurait ainsi décidé d'élargir à cinq nouveaux secteurs le décret, datant du 30 décembre 2005 et signé par Dominique de Villepin, qui soumet un certain nombre d'investissements étrangers en France à l'autorisation du gouvernement. A l'époque, le Premier ministre avait ciblé les activités liées à la défense et à la sécurité.

Montebourg défend un «choix de patriotisme économique»

Désormais, avec le décret signé par Manuel Valls, l'autorisation du gouvernement sera nécessaire aussi pour les entreprises liées à «l'approvisionnement en électricité, gaz, hydrocarbures ou autre source énergétique », à « l'exploitation des réseaux et des services de transport», à « l'approvisionnement en eau », aux « communications électroniques » et à la « protection de la santé publique ».

«Le choix que nous avons fait, avec le Premier ministre, est un choix de patriotisme économique, explique Arnaud Montebourg dans un entretien au Monde à paraître jeudi après-midi. Ces mesures de protection des intérêts stratégiques de la France sont une reconquête de notre puissance. Nous pouvons désormais bloquer des cessions, exiger des contreparties. C'est un réarmement fondamental de la puissance publique. La France ne peut pas se contenter de discours quand les autres Etats agissent.»

« Alstom entre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • berni11 le jeudi 15 mai 2014 à 06:31

    @M5299935 . bizarre ton conseil ! qui va acheter ?? si il faut suivre ton conseil !

  • M5299935 le jeudi 15 mai 2014 à 06:21

    Un bon conseil .... si vous détenez des actions sur des entreprises entrant dans le champ d'application .......... vendez tout de suite.

  • Tartar1. le jeudi 15 mai 2014 à 05:42

    ouf, ils ont oublié les entreprises du luxe, banques et assurance.....qui peuvent être soumises. à l'appétit des. étrangers, puisque non stratégiques.

  • M140210 le jeudi 15 mai 2014 à 02:57

    Il reste trois pays communistes dans le monde : la Corée du nord, Cuba, et la France.

  • M140210 le jeudi 15 mai 2014 à 02:44

    On ne s'en sortira jamais avec les nuls. On chante cocorico quand on achète à l'étranger, sinon on veut tout protéger. Vive le chômage!!!

  • lubek le jeudi 15 mai 2014 à 02:20

    On n'est pas chauvin mais on pense qu'on n'est jamais mieux servi que par soi-même.